Publié le Laisser un commentaire

Nouvelle lubie qui donne la banane !

POUR TOI, IL EST COMMENT LE SAC “IDEAL” POUR UNE PETITE SORTIE ?
(surtout printemps-été mais j’avais trop hâte)

Ici, les enfants ont grandi, je n’ai plus besoin de sac à langer, d’une pochette à couches et de tout le bazar. Lorsqu’on part marcher en famille j’ai horreur de prendre un sac à main. Ils me gênent, me font mal au dos, m’empêchent de bouger comme je veux… Alors je me suis mise à la recherche DU sac ;-).

Pour moi, le sac parfait doit remplir les critères suivants :

  • être agréable pour mon p’tit dos sensible
  • me laisser les mains libres et ne pas glisser le long du bras à chaque mouvement (quand tu dois piquer un sprint avec ton sac sous le bras… salut !)
  • pouvoir être porté devant, sur le côté et dans le dos, si possible
  • être léger
  • pouvoir s’ajuster à ma morphologie
  • avoir une petite poche secrète à l’arrière pour ranger la carte du parking, un baume à lèvre, le jeton du caddie, de l’argent,… (ouaouw les secrets de OUF que j’ai).
  • être suffisamment grand pour pouvoir accueillir le porte-monnaie, les lunettes de soleil, les clés… mais pas trop pour ne pas y mettre toute la baraque non plus (comme dans mes autres sacs) et rester discret.
  • avoir un style en accord avec ma personnalité.

Eh ben figure-toi que mon sac idéal il existe parce que je l’ai cousu tout comme je voulais ! 😉
Il peut même se cacher sous la veste car il est tout plat (bon, si tu mets un pamplemousse dedans, ça tombe à l’eau). Il peut être customisé en changeant sa lanière (qui peut être utilisée sur un autre sac également).

Mes nouveau p’tits sacs sont faits avec amour et passion ! J’ai réalisé plein de prototypes avant de trouver LE format parfait (pour moi du moins ;-)). Comme d’habitude, j’ai à cœur de proposer des couleurs et motifs variés pour que chacune puisse trouver chaussure à son… sac à son épaule.

POUR LES DÉCOUVRIR : RENDEZ-VOUS DANS LE SHOP 😉

Du coup, si ton sac idéal doit remplir les mêmes critères que moi, j’ai le plaisir de te présenter ma toute nouvelle lubie ! N’hésite pas à me dire ce que tu en penses et à me faire part de tes remarques et suggestions !

Publié le Laisser un commentaire

Gâteau idéal à faire avec des tout-petits

La dernière activité cuisine avec tes p’tits loups a failli te rendre chèvre ??!
Tu avais pourtant tout préparé pour ton “après-midi trop chouette” avec les minouchons… Vous étiez fins prêts (tabliers noués et petites mains lavées) mais rien ne s’est passé comme tu l’avais imaginé ? La pâte collée dans les cheveux de la petite dernière (façon slime de ouf), l’œuf qui a raté le bol et qui dégouline sur l’écran de la balance (et sous l’écran sinon c’est pas drôle -mouarf si si c’est du vécu-), les coups et hurlements des enfants pour décider qui va où sur l’escabeau ont eu raison de ta motivation initiale ?
Puis tu as maudit toutes ces publicités de familles bien trop joyeuses à la télé…. Celles où la mère parfaite guide ses enfants parfaits pour faire un repas parfait dans une cuisine parfaite, … tu vois ce que je dis ?
Ça a fini en “bon j’en peux plus, foutez-moi la p… allez jouer pendant que je termine et que je me tape tout le rangement et le nettoyage !”. Juste ?!

Alors pour rattraper le tir, je te propose ici une recette de gâteau personnalisable, ULTRA SIMPLE, ULTRA RAPIDE et qui, cerise sur le gâteau, demande très peu de nettoyage et de préparation en amont : le gâteau à la ricotta et au citron 😉

Publié le Laisser un commentaire

Gâteau glacé ultra simple pour les anniversaires

Parce qu’on n’est pas toujours des cheffes pâtissières, parce qu’on manque souvent de temps et surtout parce qu’on veut faire plaisir à nos enfants, voici une idée de gâteau glacé Plussimpletupeupa !

Nos enfants sont nés en été et souvent leurs anniversaires tombent en pleine canicule, comme cette année. Donc, pour éviter d’allumer le four et pour rafraîchir les convives, j’opte pour cette recette ultra simple.

Bon, là, il y avait 8 enfants qui attendaient sur la terrasse, j’ai voulu faire très très vite et je n’ai pas pris le soin de lisser les contours ni de faire une photo potable, mais tu peux le faire mieux ! 😉 Surtout, par 37 degrés, je voulais faire très vite.

LE GÂTEAU – VACHERIN GLACÉ

INGRÉDIENTS :

  • env. 2 litres de glace (ici 1L vanille et 1L fraise) (tu peux mettre ce que tu veux, même des sorbets)
  • quelques biscuits (par exemple Speculoos,…), environ 120 g
  • 60 à 70 g de beurre

MATÉRIEL :

  • 1 moule à charnière de 18 cm, le plus haut possible
  • du papier sulfurisé
  • un rouleau à patisserie si possible
  • 1 congélateur 😉 (tu auras pris le soin d’y faire de la place avant de commencer quoi que ce soit !)
  • des décorations selon vos envies

Tu peux préparer ce vacherin glacé la veille.
Il faut par contre toujours avoir ton matériel prêt ainsi que des idées de décoration bien précises afin d’agir au plus vite, à chaque étape, pour éviter que la glace ne fonde ! (on évite absolument le dégelé/recongelé !)

  1. Fais fondre doucement le beurre au micro-onde.
  2. Pendant ce temps, dans un sachet en plastique ou un linge propre, dispose quelques Spéculoos à la fois et écrase-les avec un rouleau à pâtisserie. Recommence de manière à réduire en miette tous tes biscuits. Tu peux avoir des morceaux plus ou moins grands, selon vos goûts.
  3. Mélange bien les biscuits et le beurre dans un saladier. Dispose ensuite ce mélange dans le moule à charnière (dont tu as recouvert le fond de papier sulfurisé)* et tasse bien le tout en réalisant une surface plane. *Place le papier sulfurisé sur la partie du fond et clippe ensuite la charnière par-dessus afin de bien le maintenir en place. Découpe le papier qui sort sur les côté.
  4. Place le tout au frigo pendant minimum 20 minutes.
  5. Sors une glace de ton choix du congélateur et, sans la laisser dégeler, prélève de petits morceaux avec une cuillère à soupe et étale-les sur ton fond de biscuits. Travaille vite. Etale de cette manière toute ta glace. Garde une surface plane en lissant avec ta cuillère. Bouche bien tous les trous.
  6. Place au congélateur un moment, le temps que ça durcisse à nouveau et recommence l’opération avec la deuxième glace.
  7. Place le tout au congélateur pendant 2 heures (voire toute la nuit).
  8. Juste avant l’anniversaire, place tes décorations.

Remarques :

  • Tu peux insérer entre les couches de glaces, des meringues écrasées.
  • Tu peux recouvrir le tout de crème fraiche mais expérience faite plusieurs fois, avec la canicule ça prend très mal.

Voilà ! Bon appétit !

Publié le Laisser un commentaire

Lassitude et épuisement des mamans d’aujourd’hui

L’HISTOIRE OUBLIÉE DES FEMMES AU FOYER : documentaire de Michèle Dominici (France, 2021, 53mn) Disponible jusqu’au 13/12/2022 (CHERCHEZ SUR GOOGLE !)

Au travers de films familiaux et de journaux intimes, Michèle Dominici fait entendre la voix de celles qui ont fait le choix, pendant les Trente Glorieuses, de se consacrer à leur famille. Un éclairage rare sur une thématique délaissée par les sciences sociales….

———

Éblouie par la beauté de ce film documentaire, j’aimerais partager cette expérience avec vous et vous invite à le regarder !
Après ce visionnage, j’ai envie de blablater un peu sur l’évolution de la situation des mamans depuis cette époque. Non pas pour nous plaindre mais juste pour y réfléchir…

LASSITUDE ET ÉPUISEMENT DES MAMANS D’AUJOURD’HUI, MALGRÉ LE PROGRÈS

Ce qui me fait cogiter, c’est pourquoi après tant d’avancées (et heureusement !) matérielles et sociales, les mamans d’aujourd’hui ressentent souvent encore les mêmes sentiments de lassitude et d’épuisement ?
Techniquement, nous avons tout pour être bien…
Déjà au niveau matériel avec le lave-vaisselle, le lave-linge, l’aspirateur, le fer à repasser qui fait de la vapeur en appuyant sur un bouton (sans mettre du charbon, uuuh !) … mais également au niveau social : beaucoup ont un mari présent et dévoué (un mari qui n’a pas non plus une vie facile mais c’est un autre sujet !) et pourtant, nous nous sentons parfois (même souvent on peut l’avouer) dépassées voire même inutiles. Bien entendu, certaines mamans ne se reconnaissent pas dans ce que j’écris et gèrent très bien leur vie (non mais comme je les déteste elles, mouarf)… Mais, pour être en contact de par mon job avec de nombreux jeunes parents, je sais que ce sentiment est largement partagé (au moins de manière ponctuelle – surtout en hiver – et plus particulièrement avec des enfants en bas âge et/ou des adolescents).

Épouse parfaite, femme au foyer parfaite, working woman parfaite

Avant, pour être une femme accomplie, il fallait se trouver un mari et lui être entièrement dévouée, tenir sa maison de manière irréprochable pour qu’elle soit un refuge pour Monsieur, élever des enfants parfaits et être fraiche et disposée à toute heure. Heureusement, grâce aux efforts de nos aïeules, la situation a bien changé. Nous avons admiré ces femmes qui pouvaient être libres et travailler, qui avaient le droit de penser et qui étaient même parfois admirées pour ça. Nous avons actuellement les portes ouvertes devant nous et sommes libres de choisir nos vies ! C’est formidable ! Mais alors où est le problème ?!

Eh bien… parce que, même si on peut échapper à son quotidien en travaillant (pour autant que notre travail nous intéresse car souvent ce n’est pas par choix que nous le faisons), nous devons quand même gérer tout le reste.
Si nous ne le faisons pas, … qui fera le ménage, les lessives, le repassage, les repas à notre place ?! Qui organisera les rendez-vous chez le médecin, le dentiste, les courses, l’achat (le rangement, le tri) des vêtements des enfants, les anniversaires, le cadeau pour ceux des copains, passera derrière les enfants pour ranger ou faire ranger ce qui traîne, fera le taxi pour les activités des enfants, s’occupera des devoirs,…?! Qui saturera son cerveau de cette fameuse charge mentale à notre place ?! Personne…
Au final à qui la faute ??! En y réfléchissant bien, à personne. Car avouons-le, la plupart de ces choses sont très difficiles pour nous à déléguer car nous avons l’impression (à tort ou à raison… (à raison ! à raison !)) de le faire mieux que quiconque. Et déléguer demanderait une telle supervision de notre part que l’énergie dépensée ne serait que déplacée pour mieux nous revenir dans la face.
Exemple : Monsieur se dévoue pour les courses. Ouais super ! Large sourire sur notre tronche toute cernée. Puis vient la phase concrète : il faut te stresser pour faire la liste (et c’est le plus compliqué car tu dois prévoir tes menus), il faut ensuite lui écrire cette liste dans l’ordre du magasin si tu veux qu’il revienne avant le lendemain, lui faire un rapport détaillé de chaque article, lui rappeler que ce qui n’est pas sur la liste il faut le laisser au magasin (parce que tu gères le budget), … À ce moment, Large Sourire a pris le large et c’est Moue Dubitative qui prend le relai… Et d’un balayage de la main, tu lui fais signe que tout va bien, que t’es finalement pas si débordée que ça et tu le feras toi-même. Mais merci quand même hein !
Attention, ceci n’est pas un blâme pour nos maris ! J’ai la chance d’avoir un mari super dévoué, présent et reconnaissant de ce que je fais (je préfère le souligner, dès fois qu’il lui prendrait l’envie de lire mes articles, mouarf), mais je sais que ce n’est pas le cas de tout le monde.
Du coup, je pense qu’on est d’accord, généralement nous planifions, organisons et gérons pratiquement tout à la maison. Beaucoup de mamans qui se font aider par leur mari doivent leur demander/rappeler les tâches à accomplir et, fatiguées par cette perte d’énergie dépensée pour de la supervision, préfèrent régler la tâche elles-mêmes. Certaines doivent même encore sortir la fanfare pour tant de bravoure une fois la table débarrassée 😉
Donc, de nos jours, nous nous usons à être parfaites à la maison, dans notre couple ET au travail (ben oui, parce que les autres le font si bien…). Une pression dont nous sommes souvent les principales instigatrices.

Faut-il vraiment être comme les autres ?! (enfin comme on pense qu’ils sont)

Les réseaux sociaux cultivent en nous l’illusion que les autres femmes gèrent leurs enfants, leur ménage et leur couple comme des cheffes … et avec le sourire s’il vous plaît ! Les cernes ? non JAMAIS, t’es fou ! On y voit des femmes heureuses et épanouies (et au corps parfait parce que c’est beaucoup plus mieux bien) dans tous les coins d’internet !
On imagine que c’est ça la réalité… ou du moins le but à atteindre, le Graal qui rendra notre famille heureuse pour l’éternité. Ce qui ne fait que renforcer notre sentiment de frustration.
Puis on évite de se plaindre et d’en parler car on est tout de même tellement reconnaissante de la chance qu’on a par rapport à énormément d’autres femmes sur notre planète.

Comme me l’a très justement souligné Irène F. : “le gros problème est que les travaux du foyer sont dévalorisés par notre société, du coup c’est plus difficile d’y trouver une satisfaction alors qu’ils sont essentiels et demandent beaucoup de savoir-faire qui ne se transmet plus. Pour nous occuper de nos bébés, des hommes ont pensé remplacer nos bras par des gadgets hors de prix qui ne fonctionnent même pas. De quoi être frustrées. Alors arrêtons de croire que les autres savent mieux que nous, que ce doit être comme chez les autres et surtout arrêtons de nous comparer les unes aux autres. L’une fait mieux ci, l’autre fait mieux ça, tant mieux ! Si on rassemble nos savoir-faire on serait bien plus forts. L’individualisme n’est pas fait pour l’humain”.

Le grand vide intérieur qui s’installe par moments

Alors je n’écris pas ceci pour vous dire qu’on est de pauvres victimes (en s’enfermant dans ce schéma, on ne ferait que renforcer ce sentiment) mais pour vous rappeler à vous, jeunes parents (aux papas aussi car ce n’est pas tout rose pour eux non plus), que la vie était souvent dure avant et qu’elle l’est encore aujourd’hui, surtout si on se met trop de pression. J’écris pour les mamans qui, au moment où elles lisent ce mot, sont dans une période difficile pour elles et ont besoin de réconfort. Nous essayons d’être parfaites sur tous les plans et nous nous tuons à la tâche. Gardons en tête que chez les autres l’herbe n’est pas plus verte et que les désillusions ne nous ont pas été exclusivement réservées. Non non, toi qui lis ceci, tu n’as pas le monopole de l’insatisfaction ! Tu n’es ni la première ni la dernière nana qui en arrive à tellement regretter le calme de sa vie de célibataire sans enfants qu’elle s’imagine prendre 3 culottes et partir le plus loin possible de son foyer pour apaiser ses oreilles un instant…. et bien sûr à regretter instantanément ces idées affreuses parce que non mais quand même !
Hashtag bouhouhouNonMaisChuisTropUneMauvaisemère.

Les autres aussi ont fait ou feront l’expérience de ce grand vide intérieur qui arrive parfois, et ce même si nous menons une vie à 100 à l’heure ! Faisons ce que nous pouvons, sans nous épuiser à atteindre la perfection.
Je le sais, c’est facile à dire…

Parlez-en dans votre couple et trouvez du temps pour respirer

Parlez de votre épuisement dans votre couple. Cherchez des solutions à deux. Si votre homme ne voit pas ce qui doit être fait, attribuez-vous certaines tâches de manière ponctuelles ou non. Certaines sont faciles à déléguer : nettoyage des sols, des salles de bain, rangement du lave-vaisselle, vaisselle tout court,…

Je ne suis pas bien placée pour donner des conseils, juste pour vous dire que vous n’êtes pas seules et pour vous rappeler que vous n’êtes pas des machines mais des femmes belles, fortes et intelligentes, avec des sentiments surtout et qu’il ne faut pas oublier de profiter de tout ce que vous pouvez prendre, de toutes les belles choses que vous pouvez voir, de tous les sourires d’enfants qui vous sont offerts (non non, les enfants ne passent pas leur vie à être reconnaissants de ce que vous faites pour eux, souvent leurs sourires se méritent hum hum). N’attendez pas trop des autres, surtout pas de la reconnaissance mais acceptez et prenez (et allez chercher s’il le faut) tout petit bonheur qui vous est destiné car vous le méritez largement. Observez le monde avec votre regard d’enfant un peu plus souvent et laissez-vous émerveiller par les petites choses.
Planifiez-vous du temps pour respirer, même si cela vous semble impossible. Comme s’il s’agissait d’un rendez-vous obligatoire. Le rendez-vous chez le médecin du petit dernier ne tombe pas au bon moment ? Ben vous y allez quand même, non !? … alors pourquoi un rendez-vous pour vous serait impossible à caser dans votre agenda de ministre ?!

Sur ce, je vais aller étendre ma lessive, j’entends que ça sonne… 😉

Pour gagner du temps dans nos routines …. “l’organisation au quotidien”

Publié le Laisser un commentaire

Spray assainissant fait maison

Pour faire un spray assainissant (200 ml) qui a une délicieuse odeur de bonne humeur, il te suffit de :

  • un flacon spray de 200 ml
  • 100 ml d’alcool à 70° (alcool végétal)
  • 50 ml d’eau
  • 40 gouttes d’huile essentielle de citron
  • 40 gouttes d’huile essentielle de lavande
  • 40 gouttes d’huile essentielle d’eucalyptus

Ajoute un ingrédient après l’autre dans ton flacon. Mélange bien entre chaque ajout. C’est prêt.

Le spray dure longtemps.

Publié le Laisser un commentaire

Les petits mots des enfants

Il y a quelques années, j’écrivais un article sur mon fils pour évacuer le trop plein que je ressentais vis-à-vis de son hyperactivité. Comme je le disais : oui, il est hyperactif et oui je suis parfois (souvent même) au bout de ma vie avec ça mais non il n’est pas que ça. Il est surtout bien drôle ! Les enfants font des sorties tellement amusantes que j’ai décidé de les noter, chaque jour, depuis qu’ils sont petits (bon j’ai arrêté au bout d’un moment !). J’en ai fait un document de 52 pages (juste pour mon fils). Celui de ma fille est en cours. Si ça peut te rassurer il y a des photos aussi. Mais t’inquiète pas, je ne vais pas le publier ici ahahah ! Ce document sera pour eux, lorsqu’ils seront adultes. Par contre, parce que c’est léger et plutôt rigolo, j’ai envie d’en noter une série que j’ai relevées mot pour mot, à la virgule près 😉

Et parce que je ne veux pas forcément noter le nom de mes enfants ici, je les appellerai TOM et JULIETTE.

2 ans et trois mois :

  • Papa te chante : Mon beau sapin, roi des forêts, que j’aimeuuu taaaa…….. – « MAMAN » ! (tu as continué la phrase ahah !)
  • Tu as joué dans la neige avec tonton il y a peut-être 10 jours. Tonton te disait de te coucher pour faire la trace de « petit TOM » dans la neige (pour faire l’ange). Aujourd’hui, tu regardes la télé et des personnages font les anges dans la neige. Tu dis : « Maman, adarte ! (regarde) Mickey fait petit Tom ! ».

2 ans et demi :

  • Tu dis souvent : un cheval, des chevaux…. Et dans ton livre après les chevaux, il y a les ânes. Là d’un coup tu dis, tout fier : « un âne, des nânes ! ».
  • A goûter, on mange une mangue avec papa. Papa te dit : « quand tu étais petit, maman te donnait de la mangue et tu étais couvert d’eczéma ! ». Maman rétorque : « quand tu étais petit tu avais tout le temps de l’eczéma, je ne pense pas que c’était ça… ». Et elle te coupe des morceaux qu’elle met dans ton assiette. Tu adores. Et d’un coup tu lui dis : je mange PAS les petits là (il restait deux tout petits morceaux minuscules de mangue dans ton assiette…). On n’a pas bien compris. Et quand on a mangé toute la mangue et qu’il ne reste plus que ces deux minuscules morceaux, papa te dit : « allez, mange-les ». Et toi tu cries : « non je mange pas les petits ! Veux pas attraper plein d’eczéma !!! ». Tu n’avais pas tout bien compris… ahahha et tu as ri quand on t’a expliqué que c’est quand TU étais petit (et non pas quand la mangue est coupée en petits morceaux) 😉
  • Il fait chaud et pour une fois maman arrive à te mettre au lit sans la gigoteuse pour la sieste. Tu mets tes jambes sous le duvet et tu dis : « c’est bien, ça fait des chatouilles ! Merci Merci !! ». Mais tu l’appelles 36 fois avant de dormir… et au bout d’une heure, tu l’appelles encore et tu lui dis : « Maman ! peux pas dormir ! il y a un problème ! J’ai deux orteils immenses et plein d’autres tout petits !!! ».
  • Tu joues dehors avec les fourmis. Maman t’a rappelé de ne pas leur faire de mal… Tu appelles : « Mamaaaaan ! J’ai essayé de mettre une fourmi sur ma joue… mais la tête est partie. Viens réparer siteplait ! ».
  • Tu joues dehors avec le voisin et quand on rentre à la maison tu dis à maman : « Attention !!! Maman, écrase pas les coccinelles déguisées en fourmi !! (les bêtes à diable, les gendarmes) ».
  • A souper (on mangeait une bonne brisolée), maman te dit : « j’ai de la chance de t’avoir, tu remplis mon cœur de bonheur ! ». Au moment du coucher, tu lui dis : « je t’aiiiiime ! ». Elle te répond : « oh mais tu es trop chou ! ». … Et tu lances : « Je remplis tout ton estomac de cœurs !! ».
  • Maman, bien enceinte, se baisse pour ramasser la cuillère qui est encore tombée parterre et nettoie en même temps le yogourt qui a giclé partout. Tu lui dis : « non maman ! Attention ! Tu dois pas te baisser comme ça ! Tu as MON bébé dans le ventre ! ».
  • Depuis quelques jours tu dors mieux car on a instauré un système de gommettes plutôt efficace…. Mais ce soir, à 21h05, tu nous appelles : « s’il vous plaît ! s’il vous plaît ! ». Papa monte… tu lui dis : j’aimerais bien qu’on fasse bientôt des tartelettes bananes-pêches !
  • Tu manges des céréales avec papa. D’un coup tu dis : « Papa, les céréales c’est bon pour la santé ? ». « Euh non » répond papa. Toi : « alors c’est bon pour le moral !! ».
  • Tu t’assieds à la table pour déjeuner et tu remarques que le bois pour poser la rallonge n’est pas tout à fait bien rentré (peut-être 1 cm qui dépasse)… Tu dis : « mais ?! le bois est pas colifaut (comme il faut) et j’ai pu dormir quand même !!??! ». 
  • Juliette est née la veille. Tu dis à papa : « Juliette c’est mon cadeau à moi ! ».
  • Tu joues au salon et tu parles… d’un coup tu hurles de joie ! Tu sautes partout ! et tu dis : maman ! j’ai réussi à dire « train » !!! (tu disais toujours Crain) Crou (trou), crôle (drôle), cravailler (travailler),….

Tout juste 3 ans :

  • Tu n’as pas voulu faire la sieste. Gros cirque dans ta chambre. Plus tard, on a joué et quand on passe devant la chambre de papa et maman tu dis à maman : « avant, quand je l’a fait la sieste… quand je l’a pas trop fait la sieste en fait…, je suis venu dans la chambre là ! ». Maman dit : » tu es venu dans ma chambre ?!! ». Tu réponds : « non mais je suis venu dans la chambre de papa et maman. Je suis venu corcoler (contrôler) si le lit il était colifaut (comme il faut !). Pis il était colifaut alors je suis allé couché dessus. Attends je va te montrer ! ».
  • On te met au lit. Tu nous dis : « quand je serais papa,… ». (on ne sait plus la suite). On te demande si quand tu seras grand tu auras des enfants. 
    – Toi : « oui ! ».
    – Nous : « tu les gronderas comme on te gronde ? ».
    – Toi : « non, je prendrai des enfants qui sont sages !! Qui courent pas partout ! Je prendrai un garçon et une fille ».
  • Tu n’as plus de couches la journée. Pour le dodo du soir, d’un coup tu recommences la crise… tu veux qu’on te l’enlève aussi ! Ce qu’on finit par faire…. (on veut aller dormir ! hahah !). Et au bout d’un moment, tu appelles papa. Il monte. Tu lui dis : j’aimerais que tu me mettes un pampers. Papa dit : « Ok, j’arrive, je vais en chercher un ». Et là tu cries : « nooon ! je me suis trompé ! je veux que tu me mettes des chaussettes, il fait froid ! ». Alors papa te met les chaussettes… Tu regardes ton Buzz l’Eclair (ta nouvelle peluche adorée qui dort avec toi) et tu lui dis : « tu sais Buzz, j’ai plus de pampers !! et tu prends Buzz et fais comme s’il répondait : oui d’accord ! ».
  • Tu es dans une phase assez pénible, remplie de crises, pout tout et pour rien. Toute la journée tu as testé maman…  et à chaque fois qu’elle te grondait tu prenais ton bâton (un petit jouet en bois), tu le pointais vers elle et tu criais : « abracadabra transforme-toi en gentille maman !! » et après tu criais : « rho mais pourquoi ça marche PAS ?!?!  Elle est cassée ma baguette magique ou quoi ?!? ».   
          
  • Tu nous as encore fait une crise nocturne. Déjà que Juliette se lève chaque deux heures…. Tu as commencé par nous faire une crise toute la soirée parce que tu voulais qu’on éteigne ta nouvelle horloge qu’on a achetée pour t’aider à dormir… Tu nous as épuisés… et à 1h20 du matin tu as eu un accident de pipi… papa t’a douché. On a changé ton lit et comme on n’a pas de 2e duvet, maman t’a prêté le sien… Il est double face… et voilà que tu n’as pas aimé la face qu’on t’a mise… Le cirque a duré 40 minutes… 40 minutes infernales ou tu as failli finir dehors. Fâchés, on t’a enlevé l’iPad et des jouets. Le lendemain matin, au réveil, tu parlais de ça avec maman. Tu lui as dit : « j’ai plus d’iPad, plus de Lego, plus les petits jeux Mario… On va faire quoi ? Jouer dehors ? … RHA MAIS JE SUIS SÛR QUE PAPA A ENLEVÉ L’HERBE AUSSI !!! ».
  • Toujours dans tes crises énormes (je te rassure, elles n’ont duré que quelques mois)… ce lundi matin tu descends de ta chambre et sans qu’on parle de ça, tu dis très sincèrement à maman : « il y avait deux Tom… on a mis le méchant Tom à la poubelle. ». Ça m’a fait trop mal au cœur car tu es tellement chou en général.
  • Tu as été très gentil toute la matinée et vient l’heure de la sieste… crise pour aller te coucher. En pleine crise, tu t’arrêtes net et tu me dis, plein de remords : « oh non, mais il est méchant aussi ce Tom là ?! Comme celui qu’on a mis à la poubelle ?! ».
  • Maman t’a puni un moment dans ta chambre à cause de la crise pour la sieste. Quand elle est revenue, tu lui as dit : « j’ai « foutu » mes habits parterre quand tu es partie ! Pis je les ai remis sur la chaise. T’es contente ?? ».
  • Maman te gronde. Tu lui dis : « tu es contente ?? » (c’est très important pour toi qu’on soit pas fâchés). Elle répond : « non ». Alors tu lui dis : « tu as un beau n’habit maman ! ».
  • Avec tes DUPLO, tu mets des carrés rouges pour faire les habits de Mickey, des roses pour Minnie,… et tu ne trouves pas de carré blanc pour Donald. Alors maman te dit de mettre du bleu. Tu refuses plusieurs fois. Au bout d’un moment tu lui mets un carré bleu puis tu l’enlèves et dis : « il a pas aimé ». Tu poses tous tes personnages les uns à côté des autres et tu rigoles : « Donald il restera couni ! » (cul nu). 
  • Grand-Papa te donne Fr. 5.-. Tu le regardes et tu dis : mais j’ai pas fait caca dans le pot ! (précision : tu n’as jamais reçu d’argent pour quoi que ce soit).
  • Au réveil, tu vas voir Juliette (3,5 mois) et tu lui donnes des DUPLO. Tu lui dis : « tiens, mange, c’est une noix…. Tu as aimé ?? » Et là Juliette fait un gros caca en même temps. Tu éclates de rire et me dis : « tu vas la changer et regarder si c’est un caca Lego ! ».
  • Juliette est malade. Elle est dans le relax qui se balance tout seul (celui qu’on n’a jamais osé utiliser depuis que tu es là car à la vitesse où tu vas, on a toujours peur que tu le renverses). Toi : « oh mais Juliette, tu es toute bien réveillée ! Tu te balances comme un joli petit singe ! ».
  • Toi : « On pourrait inviter le Père Noël à diner ? ». Maman : « Oh mais tu sais, c’est difficile de le contacter. Il est très très occupé ». Toi : « Mais il fait quoi ? Il fait des pains d’épices ?! ».
  • On ramasse des châtaignes dans la forêt. 
    – Toi : j’en ai une… j’en ai 2… j’en ai 3….j’en ai 4… etc….. j’en ai 18… j’en ai 19….  
    –  Maman : tiens mon cœur, je t’en mets une poignée !
    – Toi : super ! j’en ai 27…. J’en ai 28 …..
    Quelques secondes plus tard…
    – Toi : j’en ai 2 !
    – Maman : hein ?!
    – Toi : j’en ai 2, regarde !
    – Maman : mais ??! Elles sont où toutes tes châtaignes ??!
    – Toi : ben je sais pas, dans le trou !
    – Maman : quel trou ?!
    – Toi : ben je sais pas. Un trou, là-bas…
    – Maman : mais tu te souviens où ?!
    – Toi : euh non, … et toi 
  • Tu écoutes la musique au bureau, dans les écouteurs de papa. Papa monte un peu le volume… Tu t’écries : « non ! pas trop fort ! tu vas réveiller Juliette ! ».
  • Tu joues avec les peaux de mandarines et tu cries : venez les gars!!! Oui on arriiive!!
  • –   Maman : « Tom, je vais vite faire pipi. Tu jettes un œil sur Juliette s’il te plaît ? ».
    –  Toi : « Hein ?!?! ».
  • Maman allume la télé et il y a une émission où qqn parle en italien. Tu dis : « celui-là il parle en vert/blanc/rouge ! ». Maman se marre et te demande quelle langue tu parles. « ben bleu/blanc/rouge ».
  • On voit Brigitte. Elle te dit : « elle est choue ta sœur ! » Tu réponds : « non mais tu rigoles ou bien ?! Elle fait que de pleurer ! ».
  • Maman te demande si tu aimerais d’autres frères et sœurs. Tu lui réponds que tu veux garder Juliette. Maman te réexplique 😉 Tu me dis que non que tu veux Juliette et Tom, c’est tout.  Tu dis que quand Juliette était dans le ventre maman était triste et qu’elle vomissait. Maman te dit : « tu sais, moi non plus je ne veux pas d’autres enfants. J’ai toi et Juliette et je suis très heureuse. C’est tout ce qu’il me faut ». Et là tu réponds : « maaaaais non, tu as aussi mon papa ! ».
  • Tu joues à la pâte à modeler. Juliette est dans le parc, près de toi. Je te dis que je vais faire pipi et que tu peux regarder si Juliette met son doudou sur son visage. Je t’entends lui dire : « je vais partir me laver les mains. Toi tu restes un peu tranquille maintenant ! ».
  • Aujourd’hui, tu es parti dans la forêt chercher la mousse pour faire la crèche de Noël avec papa. Au sommet de la forêt des châtaigniers, au milieu d’un pierrier un peu casse-gueule et très raide, papa te prend dans ses bras pour passer. Après deux mètres, papa commence à glisser et s’apprête à tomber sur le côté. Sentant la gamelle arriver papa te demande de te tenir bien solidement. Toujours dans les bras de papa, tu lui réponds du tac au tac : « T’inquiète pas papa, je te tiens ! ».
  • Tu regardes Juliette dans son maxi-cosi : « tu peux me dire je t’aime avec les yeux ? ».
  • Les voisins nous invitent à un apéro de Noël. On a reçu une lettre avec un Père-Noël dessiné dessus. Tu as été crisou toute la journée. Maman redescend les escaliers avec Juliette dans les bras et te surprend avec tout le courrier éparpillé parterre et une boule de papier dans tes mains. Tu t’énerves avec ton papier en boule et tu pars le jeter au papier. Maman n’est pas très contente et te demande ce que c’est. Très très fâché tu cries : « non ! je veux pas que tu écrives au Père-Noël pour dire que je fais que des bêtises !!! ».
  • Tu colles des autocollants sur le thème des dinosaures et tu parles d’abricotiers. Hein ? Non mais Tom, qu’est-ce que tu racontes ?! Ce sont des cocotiers. Les arbres des noix de coco. Les abricotiers de sont les arbres de quoi ? « Ben de Grand-Pape ».

Publié le Laisser un commentaire

Les lessives (et tout le bazar)

J’avoue qu’il y a longtemps, j’ai essayé de chanter à ma fenêtre certains matins… J’y ai mis tout mon cœur pourtant, mais rien… Après les 3 premières, j’ai persévéré, mais quand la 4e godasse du voisin est venue me percuter, j’ai abdiqué. J’sais pas où ils étaient ces p’tits oiseaux, sûrement chez Cendrillon encore, ou chez celle qui a croqué la pomme pas bonne. Quoi qu’il en soit, j’en ai conclu qu’il valait mieux ne compter que sur moi-même pour le ménage…

Le nettoyage, les lessives, le repassage,… pfiou… (yeux au ciel, yeux au ciel)

Passer de 2 personnes (tu te rappelles ? quand tout était peinard avec ta tendre moitié et que tu menais la vie que tu voulais ?? juste avant que tu décides que c’était quand même trop facile !) à 3, 4, voire plus encore si t’es (zinzin)* une warrior, redouble ton job à la maison, en particulier au niveau des… lessives (tu le sentais venir hein ? je sais que tu sais parce que je t’ai mis un gros indice dans le titre).
Je vais te donner ici toutes les astuces que j’aurais aimé connaître il y a déjà plusieurs années.

Je m’adresse à toi comme si tu étais une nana parce que la plupart du temps c’est la nana qui s’occupe de la buanderie et tout ce qui va avec. Mais sois pas vexé si t’en es pas une, tu peux lire quand même ! (et BRAVO surtout !!). Et dis donc Monsieur, vu que tu me lis : si tu as osé t’aventurer à travers les mystères de la buanderie, faudra que tu en parles un peu aux autres ! Quand ils verront que tu es vivant et que tu vas pas si mal, … mon pauvre ami, tu feras des heureuses !

*j’rigole ! j’admire !

CÔTÉ FEIGNASSE : REPASSONS LE MOINS POSSIBLE !

Parce qu’on n’a pas que ça à faire quand même ! Tu repasses tout ?!? Moi aussi, mais ça c’était avant ! Si t’es une accro du repassage, pas besoin de lire la suite. Sinon, si t’es plutôt du genre euh “normale”, ceci est pour toi. Ici je dis STOP au repassage et je t’explique comment faire ! Non mais comment tu vas trop me vénérer d’un coup.

  • Pour les lessives à 30° (pulls, t-shirts, pantalons, blouses, …)

    Pour en faire le moins possible (que oui ! ça c’est de l’entrée en matière !), regarde dans les petits boutons de ta machine à laver, tu trouveras bien un mode “repassage facile”. Ben voilà, il était là depuis le début ce bouton !!! Pis tu l’avais pas vu avant ??! Mais non ?! Arrête ?! Parce que le monsieur qui vend la machine, il s’en fout que t’as une vie en dehors de ta lessive ! Tu crois qu’il divulguerait cette info capitale ?! Non, non, lui il était plutôt : “Ma p’tite dame, cette machine de compèt est dotée d’un moteur digital à induction et regardez par là, ce magnifique bandeau digital à LED ! Il s’agit du modèle XCHFSIVDIJDNKLS987. Vous ai-je parlé de la perforation des augets ?!”. Genre les trucs trop essentiels pour savoir comment laver tes culottes.

Alors voilà, tu as le bouton ! Magnifique, t’as tout ce qu’il te faut ! (et si tu l’as pas, tu mets une lessive à 30° avec un essorage à 600 tours / minute, pas plus).
On va transformer le “repassage facile” en “pas de repassage du tout !”. Mais attention, ne t’emballe pas si vite parce qu’il y a un hic (il y a toujours un hic, sinon qu’est-ce qu’on s’embêterait pardi) : il faut que tu sois au taquet dès le bip bip de fin de lessive ! Telle une ninja, tu plongeras sur ta machine sans attendre ! Tout de suite, sinon ce sera tout chiffonné et tu devras allumer ton fer…
Quand c’est tout beau tout propre (attention étape cruciale), avec tes doigts de fée, étends ta lessive le mieux possible ! Secoue, tapote, caresse, enfin fais comme tu veux mais étends tout bien tout comme il faut, sans pli. Tout ce qui peut se mettre sur un cintre (pulls, blouses, chemisettes, t-shirts,…), DOIT être placé sur un cintre ! Ça sèche mieux et ça empêche les vilains plis de l’étendage (l’étendoir ?? tu dis comment toi ?) de marquer tes tissus. Pour les chemises par contre, tu peux essayer mais je ne te garantis pas le résultat. Un p’tit coup de fer sera peut-être nécessaire (oh ben je te sens venir là… je peux pas résoudre TOUS tes problèmes d’un coup non plus ! après je ferai quoi de ma vie ?!).

Petite astuce : avec de l’adoucissant, les tissus seront plus faciles à préparer. Mais ici, tu le sais, on évite si possible les produits chimiques. Alors tu peux remplacer ton adoucissant par du vinaigre blanc. Non non madame, ton linge n’aura pas une odeur à faire pâlir une mouffette !

Quand tout est sec, il ne reste plus qu’à bien plier le linge et le ranger. Mais pour ça tu as sûrement aussi la chance d’avoir les petits lutins de la lessive qui s’en chargent, comme la plupart des maris le savent ! (hum hum). Non mais là, vraiment on pourrait penser que j’ai quelque chose contre les hommes aujourd’hui… Pourtant non ! Promis ! Pas là tout de suite en tout cas…

  • Pour les lessives à 40° (quasi tous les vêtements des enfants + nos habits un peu moins dommages)

    On lave avec un essorage à 800 tours / minute maximum et hop dans le sèche-linge en mode “délicat”. Encore une fois, dès que c’est prêt, mieux vaut être là pour plier tout ça rapidement (parfois, à trop attendre sur les lutins, tout se retrouve froissé).

CÔTÉ ÉCOLOGIE

Nous utilisons beaucoup d’eau, d’électricité, de produits pour faire nos lessives. Comment les rendre un peu moins nocives pour l’environnement et la santé ?

  • Vivons tous nus !! youhouhou !… bon bon, ok…
  • Premièrement, on évite les machines à moitié remplies. Ça semble logique non ? Avec une bonne organisation, en un clin d’œil tu peux voir quelle lessive remplira ta machine (pour l’organisation, c’est un peu plus bas).
  • On évite de faire des machines à 60° si ce n’est pas nécessaire. 60° c’est bien pour les chiffons de nettoyage, les linges et serviettes (cuisine, salle de bain), les débarbouillettes pour la bouche et les mains des enfants – à table – (il y en a dans le shop si jamais), les vêtements de travail, les culottes (du moins celles qui résistent à 60°, parce que si tu mets ta petite dentelle à 60°, tu risques de n’en ressortir que le fil), mais pas pour le reste des vêtements.
  • On évite d’utiliser le séchoir si pas besoin (le soleil atténue les taches sur le blanc en plus !). Pis Isabelle elle dit que ça sent meilleur quand c’est séché dehors.
  • Si on a des panneaux solaires, on profite de faire ses lessives en fonction de la production électrique.
  • On peut même préparer sa lessive maison. C’est ludique, facile, économique et écologique ! (la recette est par ici).
  • On évite l’adoucissant ; il peut être remplacé facilement par du vinaigre blanc ménager. Vinaigre d’alcool et eau déminéralisée, moitié moitié (+ huiles essentielles pour parfumer si envie). Par exemple : 1 cuillère à soupe de vinaigre et 1 cuillère à soupe d’eau déminéralisée (+ 10 gouttes d’HE de lavande, si on veut).

CÔTÉ PRATIQUE

  • Une question pour faire partir une tache ? (clique ici)
  • Ta machine bouffe aussi les chaussettes ? Propose-lui un apéro, ça évitera lui évitera les grosses fringales. Quoi c’est pas drôle ? Bon, ok, pour éviter une remorque de chaussettes célibataires, clique ici pour voir l’astuce.
  • Tu peux ajouter, dans ton sèche-linge, deux balles de tennis (ou des balles à picots). Elles aideront le linge à se défroisser.
  • Pour les vêtements des nouveaux-nés, j’avais mis ici un article il y a longtemps. Tout au fond, en gras, tu trouveras quelques conseils qui te seront peut-être utiles pour le lavage.

CÔTÉ ORGANISATION

Même avec une toute petite buanderie, on peut s’y retrouver et bien s’organiser.

J’ai une buanderie minuscule. J’ai longtemps râlé car sa taille me posait problème. On ne peut même pas se retrouver à deux dedans et, lorsqu’on a des gosses, même aux toilettes on n’y va plus seule ! Puis un jour, j’ai décidé d’arrêter de râler et de l’organiser de manière plus intelligente.

Avant, je sortais mon bac de linge sale, je faisais mes tas parterre et je lavais la pile qui remplissait une machine. Mais combien de fois j’ai effectué ce tri pour remarquer que finalement aucun tas n’était assez volumineux pour remplir une machine ? Du coup, tout finissait à nouveau dans le bac de linge sale (qui lui était par contre bien plein !)… 
Je me disais qu’avec 5 paniers à linge ce serait top. Un pour tout le linge sale (là ou toute la famille va balancer ses affaires), un pour la lessive à 40°, un pour la lessive à 30° (si besoin je sépare par après le blanc du reste des couleurs) un pour la lessive à 60° et un 6e pour le linge propre, à ranger. Mais où mettre tous ces paniers à linge dans ma minuscule buanderie ??! C’est là que m’est venue une idée. J’ai acheté des caisses pliables rectangles. Comme ça je peux les em-pi-ler ! (non mais il m’a quand même fallu 11 ans avoir d’avoir cette idée de génie !) Je les ai installées sur ma machine. C’est top. De temps en temps je fais le tri et lorsqu’un des bacs est plein, je le lave. 
Mon bac pour le linge propre est plié et quand j’en ai besoin, il fait la navette entre la buanderie et les chambres.

Bon, après tout ce blabla, je suis lessivée ! Je vais aller m’étendre (magnifique Cindy, ça mérite la palme d’or olympique du meilleur jeu de mot). Bon bon ok, j’ai compris, t’as raison… je vais dormir !

Si tu as d’autres astuces, n’hésite pas à les partager !

Publié le Laisser un commentaire

Mais pourquoi tu dis ça ??!

PETITS ENFANTS, PETITS SOUCIS… GRANDS ENFANTS, GRANDS SOUCIS
MAIS PRO-FITE QUAND ILS SONT PETITS, ÇA PASSE TELLEMENT VITE !!

Ces phrases que l’on déteste entendre lorsqu’on a un tout-petit

Ces sentences assassines, on les a toutes entendues ! A part nous faire rager, elles ne nous apportent pas grand chose. Je vais papoter un peu toute seule ici, histoire de te remonter le moral si tu en as besoin (si ça ne remonte pas le tien, ça aidera le mien quand j’en aurai besoin, hum hum).

Evidemment on ressent un bonheur profond et sincère lorsqu’on devient parents. Le premier regard échangé, toutes les premières fois de l’enfant, ses sourires, ses premiers mots qu’on attend tellement (après on a juste envie qu’il la mette en sourdine de temps en temps mais c’est une autre histoire), ses phrases rigolotes malgré lui, son odeur, ses câlins, … tout ça nous rend fou de joie.

Mais avouons-le nous, toute notre petite vie se trouve chamboulée à l’arrivée d’un enfant. On en parle moins de ces périodes difficiles que l’on traverse. Un nouveau-né demande une réorganisation profonde du couple, de sa propre vie aussi. Avoir tout à coup la responsabilité d’un petit être nous force nous, les parents, à quitter notre propre enfance. Dès le début, nous n’avons souvent plus une minute à nous (entre les pleurs, les tétées, les lessives, les nuits ultra courtes, les angines, les otites, les pipis qui débordent, les régurgitations sur les draps, les bains, les assiettes renversées au sol, les courses, leurs envies de pipi au milieu de l’autoroute, … tout ça calé sur l’horaire imposé par bébé). Souvent, nous ne reconnaissons même plus notre corps et la fatigue engendrée par tout ceci influence nos choix, nos réflexions et notre comportement en général. Les baisses de moral ne sont pas rares. Alors ne te laisse pas abattre par les remarques extérieures.

PETITS ENFANTS, PETITS SOUCIS… GRANDS ENFANTS, GRANDS SOUCIS

Grrrr quelle phrase agaçante ! Pour moi, une des pires. Lorsqu’on a des cernes qui touchent le menton, que notre plus grand rêve n’est pas les Maldives mais plutôt soit 1 : aller faire un pipi entier sans être interrompue, soit 2 : pouvoir enfiler un pantalon avant 10h37, soit 3 : redécouvrir la sensation du café encore chaud (ouais, des rêves de malade je te dis pas !!), on n’a pas besoin d’entendre ça !
Alors oui, peut-être que les plus grands soucis arrivent principalement quand l’enfant a grandi…
Mais ça ne veut pas dire que maintenant c’est facile ! Ça ne veut pas dire que t’as pas le droit d’être au bout de ta vie.
Ça ne veut pas dire non plus que dans 13 ans ton moral sera plus bas que maintenant (déjà, comment ce serait possible ?! hein ?) !
Chaque étape est importante et est vécue différemment par les parents. Certains ont des enfants faciles, d’autres moins. Certains ont une capacité à rester debout malgré les difficultés, d’autres sont moins résistants et se sentent plus vite poussés à bout. Ce qui est commun à tous, c’est qu’un jour ou l’autre, on traverse tous des moments éprouvants.

Donc si bébé est petit et que tu te sens épuisée, vidée, que tu as l’impression qu’on a volé ton insouciance et que plus jamais ta vie ne t’appartiendra, ceci est pour toi ! Stocke ces quelques lignes dans un coin de ta tête, elles t’aideront à dédramatiser la situation :
(hum, pis si l’enfant est grand et que tu es toujours épuisée, vidée, que ta vie fout le camp et tout et tout, ce serait mieux pour nous que tu gardes tout ça pour toi un petit peu ! ;-)) Merci, merci ! bec.

  • plus l’enfant grandit, plus il deviendra autonome et plus tu auras du temps et retrouveras une vie “normale”. Si si, ça arrivera à nouveau ! Les premiers temps, tous nos actes sont basés sur le rythme et les besoins de bébé. Mais ça ne durera pas 10 ans.
  • avec les enfants il y a beaucoup de phases. Elles ne durent pas toute une vie, même si, vécues de l’intérieur, elles te paraissent interminables.
  • tous les parents passent par des moments épuisants (régulièrement en plus !). Tu n’es pas seule.
  • tu as le droit de prendre du temps pour toi, de demander de l’aide. Si tu peux trouver une occasion de souffler un peu, faire quelque chose que tu aimes pour te retrouver, fais-le. Plus tu seras détendue, plus la famille le sera (du moins plus tu es tendue, plus ta famille risque de l’être)
  • tu n’as pas besoin d’être parfaite ! Tu n’as pas réussi à faire tout ce que tu avais prévu ? Ce n’est pas grave. Ton bébé est en sécurité, il a reçu de l’affection et est nourri ? Alors c’est le principal ! Le ménage peut attendre.
  • tu n’es pas responsable des pleurs de bébé. Si tu as un modèle qui pleure beaucoup, ne culpabilise pas. Le jour où tu as un deuxième enfant, tu comprends mieux que chaque enfant a sa propre identité. Tout ne vient pas de l’éducation ou ne dépend pas de ton comportement. Je vais t’en apprendre une bonne : la maman n’est pas responsable de tous les problèmes du monde, non non !
  • lorsque tu es à bout car ton petit fait une grosse colère, isole-toi un moment (le temps de calmer tes nerfs) et regarde une jolie photo de lui où il est tout sourire ! Ça aide à garder son calme de se rappeler que ce petit démon est aussi régulièrement un petit ange 😉

MAIS PRO-FITE QUAND ILS SONT PETITS, ÇA PASSE TELLEMENT VITE !!

Deuxième phrase qui m’exaspère. Pourquoi ? parce que je suis une tendue du slip quand même. Devenir maman à provoqué chez moi un attachement si fort à mes minouchons que le monde entier me fait peur. Je dois absolument toujours les savoir en sécurité. C’est compliqué dans ma tête (mais bon c’est plus un secret que je suis zinzin). J’ai carrément changé d’orientation professionnelle à la naissance des enfants pour pouvoir être à la maison après d’eux, tous les jours. Alors oui, j’en “profite”, comme on dit… et j’adore cette vie ! mais….

Mais ce que je veux te dire, c’est qu’une personne qui te dit de profiter de tes enfants quand ils sont petits manque de tact. Quand on pense à cette phrase, plus le temps passe, plus on se met la pression :
“Mais pourquoi je n’arrive pas à en profiter comme les autres ? Ils vont grandir si vite et pourtant il m’arrive de crier tellement je ne sais plus quoi faire (alors que je sais bien que c’est justement ce qu’il faut éviter !) ! Pourquoi ici les journées sont souvent à l’opposé de ce que j’avais préparé et imaginé ? Pourquoi quand elles font les biscuits à la télé, les mamans sont si bienveillantes avec leurs enfants (qui au passage sont si mignons, appliqués et rigolent ensemble dans cette cuisine impeccable) ? Pourquoi c’est pas pareil chez moi ? Pourquoi le jeu que j’ai passé une heure hier soir à préparer ne l’intéresse pas ? Pourquoi tant de cirque pour un repas que j’ai mis tant de cœur à préparer ? Pourquoi mon enfant fait-il des crises alors que j’ai l’impression d’avoir tout fait au mieux pour que tout se passe bien ? Pourquoi il n’y a que moi qui arrive à la dernière minute à mon rendez-vous car mon petit de 3 ans en a décidé autrement ?”

Pour éviter justement cette pression supplémentaire, rappelle-toi que tu n’es pas la seule et que tu es une super maman qui fait au mieux pour que tout se passe bien ! Je te donne quelques petites astuces pour t’aider à passer ces périodes le plus sereinement possible :

Profite des petites choses

Essaie de simplement profiter de la vie chaque jour. Apprends à voir les jolies choses (y’a des jours où il faut vraiment bien ouvrir les yeux, je te l’accorde). Profite des petits bonheurs, sans en attendre trop. Garde en tête que ton bonheur ne dépend pas des gens qui t’entourent ; il dépend de TOI seulement.

Prends du temps pour toi… — > texte issu d’un précédent article

Souvent, nous les mamans, nous faisons l’impasse sur ce point, mais c’est une très mauvaise idée. Il est important que dès le matin, tu prennes un peu de temps pour toi. En général, avec des enfants, c’est très difficile. Si c’est l’enfant qui nous réveille tous les matins, on se sent vite dépassée. 
Dès que tu peux, prends au moins 5 minutes (même 15) pour t’habiller et te préparer. Même si tu as prévu de rester à la maison, prépare-toi. Il est primordial que tu te sentes bien. Tu as le droit de prendre un instant POUR TOI. 

Une autre idée, qui aide à surmonter les journées plus difficiles et à embellir le quotidien : le matin, planifie une petite activité pour ta soirée, pour te ressourcer. Par exemple : pendre un bain, lire quelques pages d’un roman , bricoler, regarder un épisode d’une série, boire un bon thé ou cacao au coin du feu, faire un Rummikub avec ton mari, aller courir,… L’idée de la récompense qui t’attend te permet t’affronter ta journée de manière plus positive.

… et aussi pour les enfants > texte issu d’un précédent article

Surtout si tu es à la maison, prévois également du temps pour jouer avec ton enfant. Même 20 minutes (le matin et l’après-midi). Mais vis-les intensément. Pas de téléphone, pas de télé,… Tu peux même les insérer dans ton agenda les premiers temps afin de l’intégrer progressivement. 
Apprends à redevenir un enfant. Tu seras étonné(e) de découvrir l’imagination de ton bambin ! Saute avec lui dans sa piscine imaginaire, entre avec lui dans sa forêt magique, prenez un sac à dos et baladez-vous dans votre salon, arrêtez-vous faire votre pique-nique imaginaire sur un vieux tronc couché … imaginaire aussi ;-). Observez ces animaux rigolos et imitez-les !
Du temps pleinement consacré à l’enfant renforcera sa confiance en lui et la confiance qu’il a en toi et resserrera vos liens. Même si tes journées te paraissent déjà trop remplies, il faut trouver du temps pour lui et, dans la mesure du possible, bloquer ce temps afin que tu ne te laisses pas distraire pas la multitude de tâches qui t’attendent. Explique à ton enfant que tu es une maman, que tu as beaucoup de choses à faire pour que tout le monde puisse vivre en harmonie dans votre maison. Explique-lui aussi que tu prends du temps rien que pour lui. S’il demande trop ta présence, montre-lui sur l’horloge le temps qu’il a devant lui pour profiter entièrement de sa maman. Dis-lui qu’après ça, tu devras faire d’autres choses mais que tu auras bientôt à nouveau du temps à lui consacrer.
A la recherche d’une activité pour un toooout petit ? Clique ici.
A la recherche de pleiiiin d’idées d’activités ? Clique ici.

Crée un espace qui te réconfortera

Si pour te sentir bien dans ta vie tu as besoin d’un endroit cosy, range à fond, débarrasse-toi de ce qui ne te sert à rien (non, ça ne marche pas avec les gens qui vivent sous ton toit), refais ta déco ! Si tes enfants sont un peu plus grands, donne ou vends les jouets qui ne servent plus. Ne les entasse pas. Jette toutes les babioles en plastique et les jeux cassés qu’on ne peut pas réparer. Fais de la place, organise-toi de l’espace pour respirer et te sentir chez toi, chez vous. Quelques idées ici.

Instaure les règles de base de la maison et ne lâche pas

Si tu baisses les bras avec ton petit et qu’il se retrouve à mener sa vie à sa façon et avec ses propres règles, plus tard ce sera plus compliqué pour vous. Accroche-toi dès le début, apprends-lui les valeurs qui te semblent importantes, ne lâche pas. Aime-le, réconforte-le, mais reste le parent, celui qui pose un cadre et rappelle les limites.

Accepte la routine

Beaucoup de choses se répètent tous les jours avec le petits. Tous ces rituels peuvent parfois t’amener à penser que ta vie manque d’aventure et perd son côté palpitant (pourtant les enfants sont doués pour te donner des palpitations ! Genre ici quand elle a grimpé aux stores pour faire comme au Cirque), mais rappelle-toi qu’ils sont rassurants et essentiels pour l’enfant.

Sors et/ou joue avec lui

Tu es dans un jour sans… ? Sors prendre l’air en famille. Arrêtez-vous à un parc de jeu. Parle avec d’autres parents ou joue avec ton enfant.
Propose un jeu si l’ambiance le permet. Quelques idées ici.
Apprends-lui également à s’occuper un peu seul par petits moments. Ce sera des instants où tu pourras faire autre chose, tout en restant près de lui.

Identifie tes priorités

Ce qui est important dans TA vie, c’est quoi ? Prends le temps de réfléchir à ça. Garde à l’esprit que tu ne peux pas tout faire à la fois (tu ne peux pas être à 100% avec les enfants avec un salaire à 100%, un travail à 100%, avoir une maison 100% clean et un mari 100% content). Va falloir établir une pondération.
Le plus important, c’est de voir grandir tes enfants ? C’est plutôt de faire de ton mieux avec les enfants tout en t’assurant de ne pas mettre un frein à ta carrière ? C’est de partir vivre en famille à la montagne ? Réfléchis à ce qui est important pour toi et ta famille.
Si pour être bien, tu dois être plus souvent avec tes enfants, regarde si tu peux baisser ton taux d’activité. Les enfants ne sont pas petits pendant toute une vie : c’est une période de ta vie. On peut même faire des sacrifices momentanés (quelques années) pour leur accorder plus de temps ! Chaque parents a des besoins différents. Regarde ce qui est le mieux pour vous et donne-toi les moyens d’y parvenir.

Revois ton organisation

Si besoin, revois ton organisation pour te sentir mieux et moins débordée. Petit article à ce sujet par ici.

N’oublie pas le bonheur amené par les enfants

Si maintenant c’est difficile, rappelle-toi que tout peut changer très vite avec les enfants. Dans quelques minutes, ton enfant te montrera sûrement à quel point il peut être trop mignon. Parce que oui, les enfants c’est fatiguant, mais ils nous amènent tellement de bonheur ! Leurs sourires, leurs petites chansons, leurs phrases maladroites, leurs câlins,… remplissent notre estomac de papillons (comme le disait mon fils) !!

*********

NON MAIS DE TOUTE FAÇON, ON LE SAIT TOUTES : “LES ENFANTS, C’EST QUE DU BONHEUR !” mouarf mouarf !

NE T’OCCUPE PAS DE CE QUE DISENT OU FONT LES AUTRES ! PRENDS TOUTES LES BONNES CHOSES QUE LA VIE T’OFFRE (CHERCHE-LES UN PEU AU DÉBUT, HISTOIRE DE MIEUX LES RECONNAÎTRE) ET POUR LES PETITS TRACAS QUI ÉPUISENT, DIS-TOI QUE C’EST PASSAGER ET QUE D’AUTRES VIVENT LA MÊME CHOSE QUE TOI !

SUIS TES RÊVES, ILS CONNAISSENT LE CHEMIN.

Publié le Laisser un commentaire

COUCHES LAVABLES

Vous avez envie de vous mettre aux couches lavables ? Même si ce n’est que pour un jour ou deux par semaine, c’est déjà un joli geste ! … pour les fesses de bébé et pour la planète 😉

Ceci ne concerne pas les couches directement mais j’ai envie de vous le dire : si vous vous intéressez aux couches lavables, c’est que vous voulez certainement ce qu’il y a de mieux pour votre bébé et pour la planète. Ce qui me pousse à imaginer que, comme beaucoup de mamans, vous tentez de faire au mieux pour faire les choses bien. Je vous en félicite ! … mais je vous rappelle aussi que vous avez le droit d’être fatiguée, le droit d’être à côté de vos pompes, le droit de tout simplement ne pas être parfaite tout le temps ! Les couches lavables, c’est top, mais c’est important que vous ayez conscience qu’il ne faut pas vous mettre une pression folle de tout réussir, y compris pour les couches. Il y aura des jours où vous n’aurez tout simplement pas envie de vous embêter et c’est NORMAL ! Vous êtes déjà merveilleuse, osez respirer, osez ne pas être “parfaite”. Si vous les utilisez seulement en journée, seulement les jours qui vous arrangent, c’est déjà un joli pas ! Vous avez déjà tant à faire !

Sur mon site, les couches sont vendues par 1 ou 2 pièces à la fois, histoire que vous puissiez les tester tranquillement, sans avoir besoin de vous suréquiper dès le début. Je les ai testées et largement appréciées mais elles ne sont pas cousues par mes soins.

La couche s’adapte parfaitement à la taille de bébé, de la naissance à la propreté !

Comment installer la couche ?

Vous glissez l’insert à l’intérieur de la couche, placez sur le dessus (entre la couche et les fesse) une lingette sèche* et fermez la couche grâce aux boutons-pression, comme une couche jetable.

Comment retirer la couche ?

Lorsqu’il faut changer la couche, il suffit de retirer l’insert et de passer le tout à la machine (couche + insert). S’il y a des selles, il faut les jeter dans les toilettes et passer la couche à l’eau FROIDE avant de la laver.

En attendant le lavage, entreposez les couches dans un seau ouvert. N’attendez pas non plus une semaine avant de les laver 😉

Comment la laver en machine ?

Une fois le gros “rincé” un coup à l’eau froide, vous pouvez la mettre avec votre linge habituel. Vous lancez un “rinçage” pour rincer et évacuer l’eau sale (attention, ce n’est pas un prélavage !), puis vous lavez à 40°. Vous pouvez mettre les inserts au sèche-linge, sans souci. Vous pouvez aussi les laisser sécher de temps en temps au soleil, le soleil a un effet blanchissant (mais attention, les élastiques s’useront plus vite).
Niveau lessive, vous pouvez utiliser votre lessive habituelle, en poudre c’est mieux (ou la faire maison ! voir l’article). N’utilisez pas d’adoucissant ! Au risque de faire “perler” le pipi et gare aux fuites. Remplacez l’adoucissant par du vinaigre !
Vous pouvez laver les inserts à 60° de temps en temps. Avec du vinaigre et du bicarbonate de soude.

*Vous trouvez dans toutes les grandes surfaces, des lingettes sèches à déposer entre la couche et les fesses de bébé. Lorsqu’il y a des selles, vous pouvez alors les jeter facilement, avec la lingette sèche, dans les toilettes (si bien sûr elle est biodégradable). Dans le cas contraire, vous jeter les selles dans les toilettes et la lingette à la poubelle. Certaines sont lavables plusieurs fois !

PREPARER SON LINIMENT MAISON ? CLIQUEZ ICI 😉

Publié le Laisser un commentaire

Mon petit koala – Samantha Ferrari – monitrice de portage certifiée (région fribourgeoise)

Vous êtes jeune maman ?
Vous êtes enceinte ?
Vous souhaitez offrir un moment de tendresse à une future maman ? … et même un futur papa !

Alors n’hésitez pas à contacter Samantha Ferrari. Cette formidable maman, passionnée, douce et généreuse saura vous donner toutes les clés d’un portage réussi ! Partir directement sur de bonnes bases permet de construire et solidifier sa relation avec bébé. Cet échange que permet le portage en écharpe est unique ! Vous allez adorer !

Je la laisse se présenter 😉

Bonjour, 
Je m’appelle Samantha Ferrari et je suis une jeune maman. Je suis monitrice de portage certifiée. J’habite à Villars-sur-Glâne et je propose des ateliers de portage (écharpe tissée, sling, écharpe tricotée, pré-formé) à mon domicile ou je me déplace volontiers dans la région fribourgeoise. Je propose des ateliers découvertes, un cours avant et après accouchement, perfectionnement, apprentissage d’un nouveau nœud, etc.
J’espère avoir attisé votre curiosité et n’hésitez surtout pas à me contacter et je vous renseignerai avec grand plaisir 🙂 
Samantha 

Je vous invite à liker ma page Facebook qui se nomme : Mon petit koala et à me suivre 😊