Publié le Laisser un commentaire

Lassitude et épuisement des mamans d’aujourd’hui

L’HISTOIRE OUBLIÉE DES FEMMES AU FOYER : documentaire de Michèle Dominici (France, 2021, 53mn) Disponible jusqu’au 13/12/2022 (CHERCHEZ SUR GOOGLE !)

Au travers de films familiaux et de journaux intimes, Michèle Dominici fait entendre la voix de celles qui ont fait le choix, pendant les Trente Glorieuses, de se consacrer à leur famille. Un éclairage rare sur une thématique délaissée par les sciences sociales….

———

Éblouie par la beauté de ce film documentaire, j’aimerais partager cette expérience avec vous et vous invite à le regarder !
Après ce visionnage, j’ai envie de blablater un peu sur l’évolution de la situation des mamans depuis cette époque. Non pas pour nous plaindre mais juste pour y réfléchir…

LASSITUDE ET ÉPUISEMENT DES MAMANS D’AUJOURD’HUI, MALGRÉ LE PROGRÈS

Ce qui me fait cogiter, c’est pourquoi après tant d’avancées (et heureusement !) matérielles et sociales, les mamans d’aujourd’hui ressentent souvent encore les mêmes sentiments de lassitude et d’épuisement ?
Techniquement, nous avons tout pour être bien…
Déjà au niveau matériel avec le lave-vaisselle, le lave-linge, l’aspirateur, le fer à repasser qui fait de la vapeur en appuyant sur un bouton (sans mettre du charbon, uuuh !) … mais également au niveau social : beaucoup ont un mari présent et dévoué (un mari qui n’a pas non plus une vie facile mais c’est un autre sujet !) et pourtant, nous nous sentons parfois (même souvent on peut l’avouer) dépassées voire même inutiles. Bien entendu, certaines mamans ne se reconnaissent pas dans ce que j’écris et gèrent très bien leur vie (non mais comme je les déteste elles)… Mais, pour être en contact de par mon job avec de nombreux jeunes parents, je sais que ce sentiment est largement partagé (au moins de manière ponctuelle – surtout en hiver – et plus particulièrement avec des enfants en bas âge et/ou des adolescents).

Épouse parfaite, femme au foyer parfaite, working woman parfaite

Avant, pour être une femme accomplie, il fallait se trouver un mari et lui être entièrement dévouée, tenir sa maison de manière irréprochable pour qu’elle soit un refuge pour Monsieur, élever des enfants parfaits et être fraiche et disposée à toute heure. Heureusement, grâce aux efforts de nos aïeules, la situation a bien changé. Nous avons admiré ces femmes qui pouvaient être libres et travailler, qui avaient le droit de penser et qui étaient même parfois admirées pour ça. Nous avons actuellement les portes ouvertes devant nous et sommes libres de choisir nos vies ! C’est formidable ! Mais alors où est le problème ?!

Eh bien… parce que, même si on peut échapper à son quotidien en travaillant (pour autant que notre travail nous intéresse car souvent ce n’est pas par choix que nous le faisons), nous devons quand même gérer tout le reste.
Si nous ne le faisons pas, … qui fera le ménage, les lessives, le repassage, les repas à notre place ?! Qui organisera les rendez-vous chez le médecin, le dentiste, les courses, l’achat (le rangement, le tri) des vêtements des enfants, les anniversaires, le cadeau pour ceux des copains, passera derrière les enfants pour ranger ou faire ranger ce qui traîne, fera le taxi pour les activités des enfants, s’occupera des devoirs,…?! Qui saturera son cerveau de cette fameuse charge mentale à notre place ?! Personne…
Au final à qui la faute ??! En y réfléchissant bien, à personne. Car avouons-le, la plupart de ces choses sont très difficiles pour nous à déléguer car nous avons l’impression (à tort ou à raison… (à raison ! à raison !)) de le faire mieux que quiconque. Et déléguer demanderait une telle supervision de notre part que l’énergie dépensée ne serait que déplacée pour mieux nous revenir dans la face.
Exemple : Monsieur se dévoue pour les courses. Ouais super ! Large sourire sur notre tronche toute cernée. Puis vient la phase concrète : il faut te stresser pour faire la liste (et c’est le plus compliqué car tu dois prévoir tes menus), il faut ensuite lui écrire cette liste dans l’ordre du magasin si tu veux qu’il revienne avant le lendemain, lui faire un rapport détaillé de chaque article, lui rappeler que ce qui n’est pas sur la liste il faut le laisser au magasin (parce que tu gères le budget), … À ce moment, Large Sourire a pris le large et c’est Moue Dubitative qui prend le relai… Et d’un balayage de la main, tu lui fais signe que tout va bien, que t’es finalement pas si débordée que ça et tu le feras toi-même. Mais merci quand même hein !
Attention, ceci n’est pas un blâme pour nos maris ! J’ai la chance d’avoir un mari super dévoué, présent et reconnaissant de ce que je fais (je préfère le souligner, dès fois qu’il lui prendrait l’envie de lire mes articles, mouarf), mais je sais que ce n’est pas le cas de tout le monde.
Du coup, je pense qu’on est d’accord, généralement nous planifions, organisons et gérons pratiquement tout à la maison. Beaucoup de mamans qui se font aider par leur mari doivent leur demander/rappeler les tâches à accomplir et, fatiguées par cette perte d’énergie dépensée pour de la supervision, préfèrent régler la tâche elles-mêmes. Certaines doivent même encore sortir la fanfare pour tant de bravoure une fois la table débarrassée 😉
Donc, de nos jours, nous nous usons à être parfaites à la maison, dans notre couple ET au travail (ben oui, parce que les autres le font si bien…). Une pression dont nous sommes souvent les principales instigatrices.

Faut-il vraiment être comme les autres ?! (enfin comme on pense qu’ils sont)

Les réseaux sociaux cultivent en nous l’illusion que les autres femmes gèrent leurs enfants, leur ménage et leur couple comme des cheffes … et avec le sourire s’il vous plaît ! Les cernes ? non JAMAIS, t’es fou ! On y voit des femmes heureuses et épanouies (et au corps parfait parce que c’est beaucoup plus mieux bien) dans tous les coins d’internet !
On imagine que c’est ça la réalité… ou du moins le but à atteindre, le Graal qui rendra notre famille heureuse pour l’éternité. Ce qui ne fait que renforcer notre sentiment de frustration.
Puis on évite de se plaindre et d’en parler car on est tout de même tellement reconnaissante de la chance qu’on a par rapport à énormément d’autres femmes sur notre planète.

Comme me l’a très justement souligné Irène F. : “le gros problème est que les travaux du foyer sont dévalorisés par notre société, du coup c’est plus difficile d’y trouver une satisfaction alors qu’ils sont essentiels et demandent beaucoup de savoir-faire qui ne se transmet plus. Pour nous occuper de nos bébés, des hommes ont pensé remplacer nos bras par des gadgets hors de prix qui ne fonctionnent même pas. De quoi être frustrées. Alors arrêtons de croire que les autres savent mieux que nous, que ce doit être comme chez les autres et surtout arrêtons de nous comparer les unes aux autres. L’une fait mieux ci, l’autre fait mieux ça, tant mieux ! Si on rassemble nos savoir-faire on serait bien plus forts. L’individualisme n’est pas fait pour l’humain”.

Le grand vide intérieur qui s’installe par moments

Alors je n’écris pas ceci pour vous dire qu’on est de pauvres victimes (en s’enfermant dans ce schéma, on ne ferait que renforcer ce sentiment) mais pour vous rappeler à vous, jeunes parents (aux papas aussi car ce n’est pas tout rose pour eux non plus), que la vie était souvent dure avant et qu’elle l’est encore aujourd’hui, surtout si on se met trop de pression. J’écris pour les mamans qui, au moment où elles lisent ce mot, sont dans une période difficile pour elles et ont besoin de réconfort. Nous essayons d’être parfaites sur tous les plans et nous nous tuons à la tâche. Gardons en tête que chez les autres l’herbe n’est pas plus verte et que les désillusions ne nous ont pas été exclusivement réservées. Non non, toi qui lis ceci, tu n’as pas le monopole de l’insatisfaction ! Tu n’es ni la première ni la dernière nana qui en arrive à tellement regretter le calme de sa vie de célibataire sans enfants qu’elle s’imagine prendre 3 culottes et partir le plus loin possible de son foyer pour apaiser ses oreilles un instant…. et bien sûr à regretter instantanément ces idées affreuses parce que non mais quand même !
Hashtag bouhouhouNonMaisChuisTropUneMauvaisemère.

Les autres aussi ont fait ou feront l’expérience de ce grand vide intérieur qui arrive parfois, et ce même si nous menons une vie à 100 à l’heure ! Faisons ce que nous pouvons, sans nous épuiser à atteindre la perfection.
Je le sais, c’est facile à dire…

Parlez-en dans votre couple et trouvez du temps pour respirer

Parlez de votre épuisement dans votre couple. Cherchez des solutions à deux. Si votre homme ne voit pas ce qui doit être fait, attribuez-vous certaines tâches de manière ponctuelles ou non. Certaines sont faciles à déléguer : nettoyage des sols, des salles de bain, rangement du lave-vaisselle, vaisselle tout court,…

Je ne suis pas bien placée pour donner des conseils, juste pour vous dire que vous n’êtes pas seules et pour vous rappeler que vous n’êtes pas des machines mais des femmes belles, fortes et intelligentes, avec des sentiments surtout et qu’il ne faut pas oublier de profiter de tout ce que vous pouvez prendre, de toutes les belles choses que vous pouvez voir, de tous les sourires d’enfants qui vous sont offerts (non non, les enfants ne passent pas leur vie à être reconnaissants de ce que vous faites pour eux, souvent leurs sourires se méritent hum hum). N’attendez pas trop des autres, surtout pas de la reconnaissance mais acceptez et prenez (et allez chercher s’il le faut) tout petit bonheur qui vous est destiné car vous le méritez largement. Observez le monde avec votre regard d’enfant un peu plus souvent et laissez-vous émerveiller par les petites choses.
Planifiez-vous du temps pour respirer, même si cela vous semble impossible. Comme s’il s’agissait d’un rendez-vous obligatoire. Le rendez-vous chez le médecin du petit dernier ne tombe pas au bon moment ? Ben vous y allez quand même, non !? … alors pourquoi un rendez-vous pour vous serait impossible à caser dans votre agenda de ministre ?!

Sur ce, je vais aller étendre ma lessive, j’entends que ça sonne… 😉

Pour gagner du temps dans nos routines …. “l’organisation au quotidien”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.