Publié le Laisser un commentaire

Mon petit koala – Samantha Ferrari – monitrice de portage certifiée (région fribourgeoise)

Vous êtes jeune maman ?
Vous êtes enceinte ?
Vous souhaitez offrir un moment de tendresse à une future maman ? … et même un futur papa !

Alors n’hésitez pas à contacter Samantha Ferrari. Cette formidable maman, passionnée, douce et généreuse saura vous donner toutes les clés d’un portage réussi ! Partir directement sur de bonnes bases permet de construire et solidifier sa relation avec bébé. Cet échange que permet le portage en écharpe est unique ! Vous allez adorer !

Je la laisse se présenter 😉

Bonjour, 
Je m’appelle Samantha Ferrari et je suis une jeune maman. Je suis monitrice de portage certifiée. J’habite à Villars-sur-Glâne et je propose des ateliers de portage (écharpe tissée, sling, écharpe tricotée, pré-formé) à mon domicile ou je me déplace volontiers dans la région fribourgeoise. Je propose des ateliers découvertes, un cours avant et après accouchement, perfectionnement, apprentissage d’un nouveau nœud, etc.
J’espère avoir attisé votre curiosité et n’hésitez surtout pas à me contacter et je vous renseignerai avec grand plaisir 🙂 
Samantha 

Je vous invite à liker ma page Facebook qui se nomme : Mon petit koala et à me suivre 😊

Publié le 2 commentaires

L’organisation au quotidien

Nos semblables, probablement par souci de survie de notre espèce, ne nous ont clairement pas informés de la multitude de péripéties du quotidien que nous allions rencontrer avec la venue au monde de notre progéniture tant espérée. Maintenant que tu es dans le bain (ouais, pas de retour à l’expéditeur envisageable !), j’ai rassemblé quelques petites astuces que tu peux (si elles te parlent) mettre en place pour te faciliter la vie au quotidien.

Investir dans un agenda PAPIER !

Je sais, je commence fort. Je te sens déjà réticent(e).
À l’heure où tout se fait sur son smartphone, j’aurais pensé qu’un agenda me serait aussi utile qu’un climatiseur le serait à un esquimau. Et voilà qu’un beau jour, le facteur m’apporte un magnifique Bullet Carnet envoyé par ma Katia d’amour. Naan ! ma couleur préférée !! Je ne peux pas nier qu’il m’a tout de suite tapé dans l’oeil.
Le hic, c’est que mon organisation me demande déjà des efforts considérables alors me dire qu’il faudra remplir un Bullet machin* pour ne pas décevoir mon amie, m’a mis un stress supplémentaire.
*bon, il était vite rempli ! … et depuis, je suis passée à la version agenda normal)

Puis j’ai gentiment apprivoisé la bête… je l’ai ouvert, j’ai découvert à l’intérieur tout un tas d’éléments intéressants (des espaces pour noter mes projets, mon niveau de satisfaction de ma vie (ahah non mais sérieux ?! là pour l’instant c’est plutôt de ma survie qu’il s’agit), des idées (ah oui, ça pourrait me servir !), des lieux de sorties en famille (cooool !), …

Mais à quoi me servira-t-il ?

VISION GLOBALE DES JOURNÉES / SEMAINES

Justement, venons-en à son utilité principale : faciliter notre quotidien ! Fini les post-it et autres billets volants. D’un côté, une liste pour les tâches à faire dans la semaine et sous chaque jour, une série de lignes pour noter les choses importantes. La semaine entière est visible en un coup d’oeil. On a aussi une page pour une vision globale du mois.

FIN DE LA PROCRASTINATION

Je sais que bcp de personnes passent maîtres dans l’art de la procrastination et qu’il est difficile de s’en sortir. Mon souci à moi est différent : je ne sais pas faire demain ce que je peux faire aujourd’hui. Je vis une vie à cent à l’heure où tout doit être fait avant le coucher… et ce n’est pas mieux pour ma tête. Dans les deux cas, l’agenda permet d’avoir une vision claire des objectifs et rendez-vous de la journée.
Lister ses priorités et obligations est un moyen d’éviter la procrastination. Et je ne parle même pas de la satisfaction ressentie lorsqu’on trace les tâches accomplies 😉

ALLÈGEMENT DE LA CHARGE MENTALE

Le fait de pouvoir coucher sur papier nos tâches de manière claire permet d’alléger notre charge mentale. La vie de maman est déjà tellement chargée (trouver les idées de menus, gérer les courses, s’occuper de ces lessives interminables, gérer les rendez-vous chez le médecin, le coiffeur, les activités extra-scolaires, les vêtements à trier, à acheter, concilier emploi et vie de famille,…).

OBJECTIFS RECENTRÉS / FIN DE L’ÉPARPILLEMENT

Avec des enfants, on peut très vite s’éparpiller. En se fixant trop d’objectifs dans une journée, tu finiras le soir sur les rotules avec la désagréable sensation d’avoir tout raté. Nos journées (et toutes nos activités) sont continuellement coupées. Nous passons notre temps à intervenir (on ne choisit pas quand bébé doit têter, quand il va nous vomir dessus, quand on doit essuyer les fesses du plus grand, quand on doit aller panser la blessure du premier, quand ils décident d’inonder la salle de bains,…). C’est pourquoi il est important de nous recentrer sur nos objectifs principaux afin d’y revenir une fois l’intervention finie, afin de ne pas nous égarer.

GESTION DU TEMPS AVEC DES OBJECTIFS REALISABLES

Pour ne pas te retrouver sous l’eau, je te conseille de te fixer 3 tâches importantes par jour. Si possible, pas plus. Tu veux savoir pourquoi ? Très bien, faisons un petit calcul : une journée dure 24 heures. On est ok. Mais on n’a pas 24 heures devant nous pour accomplir nos tâches. Si tu déduis les activités auxquelles tu ne peux pas échapper, à savoir : le sommeil (7 heures), les 4 repas – sans oublier le goûter (y compris vaisselle et rangement + brossage de dents de la troupe) (4-5 heures), la première heure du matin où la petite famille se prépare et part pour l’école par exemple (1,5 heure), et le moment de décompression de la soirée (3 heures), il nous reste environ 8 heures pour programmer notre journée. Sur ces 8 heures, nous (les mamans) passons généralement l’entier de notre temps soit avec les enfants soit au travail (soit en combinant les deux comme on peut). Avec les enfants, les imprévus font partie intégrante des journées. Donc le but est de ne pas avoir plus d’objectifs qu’il est possible de réaliser au cours de ces 8 heures. Pour chaque tâche, il est préférable de prévoir au moins un tiers du temps estimé en plus (pour faire face aux imprévus). Dans ces 8 heures, il est important de garder du temps de qualité pour les enfants (voir le chapitre suivant).
Savoir qu’il nous reste 8 heures* nous aide déjà à avoir une vision globale de la possibilité d’organisation que l’on a devant nous. A nous d’utiliser cette période de la meilleure manière possible ! Quand les enfants sont en bas âge, on n’est maître que de peu de choses ;-), mais dès qu’ils vont à l’école, il est plus facile de s’organiser.
*(ce chiffre peut être différent d’une famille à l’autre, suivant le sommeil, le nombre d’enfants et leur âge, les différentes activités,… : du coup prends un moment pour faire le calcul qui correspond à TA situation).

APPLIQUE LA RÈGLE DES DEUX MINUTES : si une activité prend moins de 2 minutes, fais-la tout de suite pour ne pas perdre du temps à la noter. Tu éviteras ainsi de la repousser à plus tard et ton Bullet ne sera pas encombré de listes inutiles.

DÉCONNEXION !

Alors là, je ne suis pas un exemple à suivre… mais plus que tout, j’ai envie de remédier à ce problème. Pour mon job, j’utilise mon Smartphone à longueur de journée, à mon grand regret… car oui, cet engin est autant pratique qu’addictif… Par ailleurs, il contient tellement d’informations, que lorsque nous le consultons, nous dévions presque à chaque fois sur autre chose… Le temps passé avec lui s’allonge et il est difficile de s’en défaire. J’y ai ma liste de course, WhatsApp (essentiellement pour la réalisation des commandes), la météo, les innombrables photos, quelques cours en ligne,… Quand il me faut une réponse à une question, je le consulte… c’est infernal. C’est là que l’agenda papier intervient en sauveur. Le fait d’avoir quitté mon agenda électronique (smartphone) pour revenir à du papier me fait gagner un précieux temps. Je ne dévie plus sur autre chose lorsque je planifie ou consulte une tâche ! Mes yeux et mon cerveau me disent youpiyoupi !

J’adore l’“agenda familial Memoniak.

Prendre du temps pour soi et du temps pour jouer !

DU TEMPS POUR TOI

Souvent, nous les mamans, nous faisons l’impasse sur ce point, mais c’est une très mauvaise idée. Il est important que dès le matin, tu prennes un peu de temps pour toi. En général, avec des enfants, c’est très difficile. Si c’est l’enfant qui nous réveille tous les matins, on se sent vite dépassé.
Dès que tu peux, prends au moins 5 minutes (même 15) pour t’habiller et te préparer. Même si tu as prévu de rester à la maison, prépare-toi. Il est primordial que tu te sentes bien 😉 Tu as le droit de prendre un instant POUR TOI.

Une autre idée, qui aide à surmonter les journées plus difficiles et à embellir le quotidien : le matin, planifie une petite activité pour ta soirée, pour te ressourcer. Par exemple : pendre un bain, lire quelques pages d’un roman au coin du feu, bricoler, regarder un épisode d’une série, faire un Rummikub avec ton mari, aller courir,… L’idée de la récompense qui t’attend te permet t’affronter ta journée de manière plus positive.

DU TEMPS POUR LES ENFANTS

Surtout si tu es à la maison, prévois également du temps pour jouer avec ton enfant. Même 20 minutes (le matin et l’après-midi). Mais vis-les intensément. Pas de téléphone, pas de télé,… Tu peux même les insérer dans ton agenda les premiers temps afin de l’intégrer progressivement.
Apprends à redevenir un enfant. Tu seras étonné(e) de découvrir l’imagination de ton bambin ! Saute avec lui dans sa piscine imaginaire, entre avec lui dans sa forêt magique, prenez un sac à dos et baladez-vous dans votre salon, arrêtez-vous faire votre pique-nique imaginaire sur un vieux tronc couché … imaginaire aussi ;-). Observez ces animaux rigolos et imitez-les !
Du temps pleinement consacré à l’enfant renforcera sa confiance en lui et la confiance qu’il a en toi et resserrera vos liens. Même si tes journées te paraissent déjà trop remplies, il faut trouver du temps pour lui et, dans la mesure du possible, bloquer ce temps afin que tu ne te laisses pas distraire pas la multitude de tâches qui t’attendent. Explique à ton enfant que tu es une maman, que tu as beaucoup de choses à faire pour que tout le monde puisse vivre en harmonie dans votre maison. Explique-lui aussi que tu prends du temps rien que pour lui. S’il demande trop ta présence, montre-lui sur l’horloge le temps qu’il a devant lui pour profiter entièrement de sa maman. Dis-lui qu’après ça, tu devras faire d’autres choses mais que tu auras bientôt à nouveau du temps à lui consacrer.

A la recherche d’une activité pour un toooout petit ? Clique ici.
A la recherche de pleiiiin d’idées d’activités ? Clique ici.

Organisation des vêtements (en particulier pour les enfants)

ACHAT DES VÊTEMENTS

Lorsque tu achètes ou reçois des vêtements pour ton bébé, lave-les ! Si tu penses utiliser un séchoir (ce qui est vraiment pratique avec un bébé), sèche-les de cette façon (séchage délicat). Ensuite, trie-les par tailles. Tu seras certainement très surprise de voir à quel point la taille mentionnée sur l’étiquette peut être à mille lieues de la taille réelle et également les différences notoires suivant le magasin ! Si tu n’as pas accouché et que tu mets de côté un vêtement car il est taillé 6 mois, en le ressortant lorsque bébé aura 6 mois, tu ne pourras certainement plus le mettre. Certains magasins font des vêtements beaucoup plus petits que la taille indiquée sur l’étiquette (surtout les marques françaises). Nous avons eu des enfants de taille normale et certains vêtements de 6 mois n’ont même pas pu être mis lorsque l’enfant avait 2-3 semaines.

Bien choisir la gigoteuse de bébé ? Clique ici.
Bien choisir les premiers bodies et pyjamas de bébé ? Clique ici.

RANGEMENT

Connais-tu la méthode de rangement de Marie Kondo ? Lorsque j’ai eu mon premier enfant, je ne connaissais malheureusement pas cette technique. Si tu as une grande commode, c’est le top. Souvent, le plan à langer se trouve sur une commode. Donc si tu as des tiroirs, tu as tout ce qu’il te faut ! Si tu n’as pas de tiroir, tu peux éventuellement ajouter des paniers sur rails dans ton armoire (comme je l’ai fait ici lorsque nous avons passé à la chambre de grand). Pour les vêtements d’adultes, c’est le même principe.

Tout consiste dans le pliage des vêtements, au lieu de les plier et les superposer à plat, on les plie de façon à ce qu’ils tiennent “debout” et on les range les uns derrière les autres. Une image vous parlera mieux que mon bla-bla 😉 C’est très facile ! On les plie à peu près normalement et on les plie en deux une nouvelle fois. Tu trouveras sur internet les précisions. Tu obtiens quelque chose comme ça :

Du coup, lorsque tu prends un vêtement, tu ne fais pas tomber toute la pile. Tu vois l’ensemble en un regard. Il ne sont pas écrasés. Même principes pour les culottes, les bodies, les chaussettes, les foulards,…

VÊTEMENTS TROP PETITS

Lorsque les vêtements sont trop petits, range-les directement dans boîtes étiquetées (sexe, âge, saison).

Organiser sa buanderie pour ne pas se sentir débordée par les lessives

J’ai une buanderie minuscule. J’ai longtemps râlé car sa taille me posait problème. On ne peut même pas se retrouver à deux dedans et lorsqu’on a des gosses, même aux toilettes on n’y va plus seule ! Puis un jour, j’ai décidé d’arrêter de râler après ma buanderie et de l’organiser de manière plus intelligente. Comme la méthode me satisfait pleinement, j’ai décidé de t’en parler.

Pas besoin de préciser que des lessives on en fait beaucoup avec des enfants. Comme nous avons des panneaux solaires, je privilégie les moments de soleil. Donc chaque fois qu’il y a du soleil, je sors mon bac de linge sale, je fais mes tas parterre et je lave le pile qui remplit une machine. Mais combien de fois j’ai effectué ce tri pour remarquer que finalement aucun tas n’était prêt pour filer en machine ? Du coup, tout a fini à nouveau dans le bac de linge sale…
Je me disais qu’avec 4 paniers à linge ce serait top. Un pour tout le linge sale, un pour la lessive à 40° et un pour la lessive à 30° (si besoin je séparerai par après le blanc du reste des couleurs) et un dernier pour le linge propre, à ranger. Mais où mettre 4 baquets dans cette minuscule buanderie ??! C’est là que m’est venue une idée. J’ai acheté des caisses pliables rectangles. Comme ça je peux les em-pi-ler ! Je les ai installées sur ma machine. C’est top. De temps en temps je fais le tri et lorsqu’un des bacs est pleins, je le lave.
Mon bac pour le linge propre est placé séparément et fait la navette entre la buanderie et les chambres.
Sinon, une fois par semaine, je rassemble mes serviettes de bains et les 10 pattes à vaisselle de la semaine (ahah !) pour faire une lessive à 60°.

Tu as besoin de connaître la recette de la lessive maison ? Clique ici.
Un petit article pour moins se prendre la tête avec les lessive : clique ici.
Tu as un souci avec une tache ? Clique ici.

Ne garder qu’un seul produit de nettoyage : le vinaigre d’alcool – à customiser avec des agrumes 😉

Opter pour le vinaigre, c’est se simplifier la vie : plus besoin de stocker toute une ribambelle de produits, plus besoin d’ajouter continuellement à la liste des courses tel ou tel produit superflu, … C’est aussi moins de souci lorsqu’on a des tout-petits à la maison.

Comme tu le sais, j’aime nettoyer au naturel…. donc, pour la salle de bain, il est logique que je me suis tournée, il y a un bail déjà, vers le vinaigre…. Mais tu comprends, ça pue… à t’en retourner le cerveau ! Et pour ne pas arranger la chose, il faut avouer que l’odeur persiste un moment après le nettoyage.

Mon mari et les enfants dégoutent vraiment cette odeur prenante … Comme à chaque fois que je nettoie au vinaigre, j’ai droit à leur regard accusateur accompagné de “beurk”, “pfiou”, “tu nous empestes”… et tout le bastringue. Un grand jour (probablement un jour où j’étais en zone rouge), une grande idée m’est venue à l’esprit : “bon, ça me saoûle… le chimique je n’en veux plus et eux refusent que je nettoie au vinaigre sous prétexte que ça pue… alors je ne nettoie plus…. Nananèreuu !”. Ca a duré 2 jours et… et j’ai craqué…!

C’est là que ma cop’s Katia est venue à ma rescousse ! Elle m’a parlé de son vinaigre aux agrumes…. J’étais en mode super sceptique, je l’avoue. J’avais tenté les huiles essentielles pour adoucir cette odeur piquante…. mais bof…. Le résultat était peu probant à mon goût. Mais comme ça venait d’elle, j’ai essayé…. Parce que Katia elle a toujours raison ! Et oh surprise, j’ai été bluffée ! Non seulement je ne sens plus l’odeur du vinaigre mais en plus, je vais même jusqu’à oser te dire que ça sent drôlement bon ! Si si, j’ose ! J’ai fait le premier au citron et je ne sens qu’une agréable odeur de citron… bye bye la puanteur du vinaigre… Même que j’aime bien aller ouvrir le bouchon juste pour mettre mon nez dessus ! Ahaha ! Sans déconner hein ! Vrai de vrai !

Pour résumer, le vinaigre blanc est un produit économique, écologique et biodégradable qui sert à nettoyer toute la maison. Parfait pour la cuisine (robinetterie, bouilloire, évier, ou même la poubelle car il est désodorisant…) et la salle de bain (grâce entre autres à son action anti-calcaire), il nettoie et désinfecte. En plus, s’il est tout custommisé de bonnes écorces d’agrumes, il laissera une agréable odeur d’agrumes… si si !

Il te simplifiera également la tâche pour nettoyer le micro-ondes. Il suffit de mettre de l’eau et du vinaigre blanc dans un bol et de le faire chauffer dans le micro-ondes jusqu’à ébullition. Le bol reste ensuite dans le micro-onde pendant 2 heures. Un coup de chiffon plus tard et tout est nickel.

En plus c’est ultra easy fingers in the nose à réaliser. Il te faut :

  • des écorces d’agrumes (citron c’est top bien, orange, mandarine, pamplemousse,….)
  • un grand bocal
  • du vinaigre blanc (celui que tu trouves dans les grandes surfaces par exemple à 12 ou 14° c’est top)
  • de l’eau
  • un flacon spray

Au lieu de jeter les écorces d’agrumes (après avoir réalisé une tarte au citron par exemple), place-les dans un grand bocal. Recouvre-les entièrement de vinaigre blanc (genre le Eco de la Coop ou le M-budget peuvent aussi faire l’affaire). Laisse macérer 2 semaines tout en remuant de temps en temps. Tu peux ajouter des écorces les jours qui suivent, naturellement. Quand c’est prêt, filtre le produit (à travers un tissu ou un filtre à café) et ajoute un bon tiers d’eau puis verse-le dans ton flacon spray. Te voilà prêt(e) à pschit-pschiter toute la baraque !

Se débarrasser du superflu et n’acheter que si le coup de coeur et/ou besoin est réel

Je reviens un peu à la méthode de Marie Kondo. Pour me sentir moins débordée et mieux dans ma tête, j’ai besoin que tout soit en ordre autour de moi. Cela me demande beaucoup d’efforts car j’ai un caractère qui s’éparpille très très vite (on dira que c’est mon côté artiste, hum hum).

Pour avoir l’impression de respirer chez soi, je trouve intéressant de prendre du temps pour faire un tout grand tri. On accumule beaucoup d’objets au fil des années et cet amas de choses mange littéralement notre énergie. Avec des enfants, je trouve trop difficile de suivre à la lettre la méthode de Marie Kondo (il faudrait être seule pendant plusieurs heures, ceci sur plusieurs jours) mais je pense que dans l’ensemble, elle est intéressante.
J’ai fait le tri de mes affaires, pièce par pièce. La plus grosse partie étant les vêtements, j’ai commencé par ça. A la base, l’objectif est de rassembler TOUS les vêtements de la maison et de prendre un habit après l’autre dans ses mains et de se demander s’il nous procure de la joie. Si oui, on le garde. Seulement si oui. Si non, on le remercie et on le donne ou on le jette. Ca peut paraître drastique mais ça fait un bien fou. On fait pareil avec les objets de la cuisine, de la salle de bain, du bureau, de la cave,… Au final, c’est vrai qu’on pourrait se débarrasser d’objets qu’on risque d’avoir besoin 6 mois plus tard… ça peut arriver. Si pour certains objets le tri est trop difficile, mettez-les dans une caisse. Si au bout de 6 mois ils ne vous ont pas manqués, donnez-les.
Malgré ce petit risque, le bénéfice est double. D’une part, en faisant ce “travail” au mieux, vous débarrassez votre maison du superflu (et vous aurez l’impression de mieux respirer). D’autre part, une fois que vous aurez accompli ce grand changement (car oui c’est un sacré boulot – qui ne se fait pas en une journée, un grand investissement d’énergie, un vrai bouleversement sentimental aussi – il est très dur de se débarrasser de choses qu’on nous a offertes, de choses qui nous rappellent un souvenir précis,… – ), vous ferez nettement plus attention à ce que vous achetez. Depuis, j’achète très peu car je vois que je n’ai besoin de rien vu que j’ai déjà tout. Avant, lorsqu’une offre était très alléchante, j’avais presque tendance à prendre le produit 2 fois, hum hum. Maintenant, je passe à côté car je sais qu’il n’est pas nécessaire à ma vie.

Rendre les enfants autonomes dès que possible

Ça paraît logique. Mais parfois, lorsqu’on se sent débordée, il est difficile d’assister à certaines scènes sans avoir envie de prendre le relai pour que ça aille plus vite (quand les enfants veulent manger seuls, quand ils veulent s’habiller seuls, quand ils veulent passer le balai, quand il essaient de débarrasser leur place,…). Pourtant, plus ils apprennent vite, plus tu gagneras du temps par la suite 😉 De plus, la confiance accordée à ton enfant n’a pas de prix à ses yeux et sa fierté en sera décuplée.

Sensibilise les enfants au rangement le plus tôt possible. Avant d’entreprendre une nouvelle activité, explique-lui qu’il est important que la précédente soit rangée. Une maison ordonnée, ou chaque chose a sa place précise, est bien plus agréable. Dans la pratique, ce n’est pas super simple, je te l’accorde 😉 Mais n’abandonne pas !

Par ailleurs, n’hésite pas à répartir clairement les tâches dans ton couple. Quand chacun sait ce qu’il a à faire, on évite les disputes et on gagne du temps.

Accepter une certaine routine du quotidien

Voilà ici un point particulier. Souvent épuisées, découragées, nous (les mamans) devrions peut-être simplement accepter que notre quotidien comporte une bonne part de routine. Personne n’aime la routine mais en l’acceptant, il est plus facile d’y faire face.
Par exemple, dans mon cas, je sais que le matin, je me fais réveiller (trop tôt) par ma poulette. Je vais la chercher. Nous nous faisons un câlin et descendons à la cuisine. Lorsque je termine de préparer la table, ma puce s’habille (si elle le veut bien, ahah !). Lorsque les cacaos sont prêts, nous allons réveiller le grand. Câlin. Nous mangeons. Le grand débarrasse sa place. Pendant qu’il s’habille, je vais me préparer (telle une superwoman, en 7 minutes chrono). Je me brosse les dents en ouvrant les fenêtres des chambres. Je descends leur brosser les dents. Ils ont ensuite du temps pour jouer avant qu’on parte sur le chemin de l’école pour le grand. Je profite de ce moment pour faire les lits, fermer les fenêtres, ranger la vaisselle, nettoyer la table et donner un coup d’aspirateur à la cuisine (parce que oui, les enfants ça en fait du chenil !). Nous rangeons les jouets et marchons jusqu’à l’arrêt de bus pour le grand.
Plus l’heure du départ pour l’école approche, plus l’ambiance risque de tourner à l’orage. Il faut gérer les imprévus, les crises, les grosses colères,… toutes ces petites choses qui peuvent arriver sans prévenir et nous faire manquer d’arriver en retard. Par périodes, ces petits imprévus sont si courants qu’ils font partie du quotidien. C’est donc compliqué chez tout le monde… et de le savoir, c’est déjà rassurant 😉. Souvent, ces choses font aussi partie de la routine et il ne faut pas qu’on se laisse abattre ;-).

Ensuite nous revenons à la maison avec la poulette et là, chaque jour est différent jusqu’à 11h où je commence à préparer le repas, avant d’aller récupérer le grand au bus.

Tout ça pour dire que tous les débuts de matinées se ressemblent. C’est barbant mais c’est comme ça. Ce sont des choses à faire et les enfants aiment avoir une routine de base. Donc au lieu de penser que mes débuts de journées sont pénibles car très répétitifs, j’essaie de les accepter et me dire que cette routine fait au contraire du bien à tout le monde et fait partie de la vie. Pourquoi ne pas l’embellir de temps en temps en chantant (faux, on s’en fout ! Même vachement faux chez nous ahah), en déconnant,… ?!

Anticiper

Souvent, l’humeur de la journée dépend des premières heures du matin. Alors pour ne pas être complètement à la course, prépare certaines chose la veille. Par exemple :
– prends ta douche le soir au lieu du matin
– prépare la table pour le lendemain
– décongèle le pain si besoin
– sort également du congélateur ce qui te sera nécessaire pour le menu de midi. Place-le au réfrigérateur.
– veille à ce que ton sac et tes clés soit prêts
– prépare les goûters pour l’école
– prépare tes vêtements ainsi que ceux des enfants.

Ceci prend peu de temps le soir mais évite d’ajouter un stress supplémentaire le matin.

En voiture

Si tu as un bébé, n’hésite pas à prévoir un minimum d’accessoires que tu gardes toujours DANS TA VOITURE au cas où (un body, une couverture, quelques couches, des lingettes (ou un peu d’eau et des serviettes), des mouchoirs, un petit tube de crème solaire, un chapeau, un biberon). Si tu as un pantalon et un pull que tu ne mets pas, garde-le dans la voiture comme vêtements de secours.
Besoin d’une protection de siège de voiture que tu peux emmener (comme un sac), avec le matériel de base ? J’en ai dans le shop 😉

Organiser les repas

Comme je suis à la maison, je prépare les repas pour la famille, tous les midis et tous les soirs. L’opération devient vite une source de tensions, ouh lala (entre moi et moi-même donc, ahah !). T’imagines la charge mentale de fou que ça fait ?! Ouais, suis sûre que tu vois bien de quoi je parle.

Plusieurs points me permettent de m’en sortir. Peut-être vous aideront-ils :

  1. Eviter de se retrouver, 30 minutes avant l’heure du repas, à chercher l’inspiration dans les placards ou le frigo.
    Pour cela, je prévois toutes les semaines un moment pour préparer ma liste de repas de la semaine et en parallèle la liste des courses. J’avoue que ça demande quand même un peu de temps mais je m’y retrouve largement dans la semaine.
    J’ai du reste fait les fiches menus que je propose dans le shop parce que je déteste avoir un manque d’organisation à ce niveau (clic clic).
    Je prévois des menus avec des ingrédients frais pour les jours qui suivent les courses (salades, pain, champignons, légumes,…) et pour les jours suivants, je mise sur le surgelé. Attention, je parle de produits non préparés ou transformés : légumes surgelés non cuisinés (par exemple choux-fleurs, brocolis, poivrons, …). Nous misons principalement sur les produits de saison et bio. Souvent je regarde les offres de la semaines dans le magasin près de chez moi pour élaborer la base de mes menus. Par contre, je pense qu’il est important de laisser un peu de place à l’imprévu. Ne pas être trop rigide et prévoir un menu pour chaque midi et chaque soir. Sinon au moindre imprévu, toute notre organisation tombe à l’eau.
    Prévoir les menus à l’avance, c’est gagner du temps lors des courses, ne pas acheter plus que nécessaire, éviter le gaspillage, ne pas s’énerver devant son frigo le ventre criant famine.
  2. Pour les tartines du matin : lorsque je fais les courses j’achète au moins deux pains (qu’on peut aussi faire soi-même) et j’en congèle un que je dégèle soit la veille au soir, soit le matin au micro-ondes. Je toaste le pain un peu sec. Les enfants adorent. Si j’ai des œufs frais : œufs à la coque ! J’ai toujours des flocons d’avoine et des graines de toutes sortes.
  3. Dans la semaine, on fait en général une fois des petites courses afin d’avoir toujours des fruits frais, des légumes et du pain.
  4. En pleine saison, je profite du potager pour congeler un maximum de légumes (poireaux, oignons, choux-fleurs, brocolis, poivrons, carotte, courge,…) – merci mon chéri pour le potager ! – et de fruits (merci mon papounet), surtout pour les tartes.
  5. Lorsque le plat le permet, je le cuisine en grande quantité et congèle une partie pour un prochain repas.
  6. J’ai préparé une grande liste de menus que je connais et un classeur qui les répertorie (lorsque je prépare les menus de la semaine, cette liste m’est d’un précieux secours ! J’y a noté des associations (je sais qu’avec ce menu, il me restera 4 pommes de terre donc je prévois le menu suivant qui a besoin de 4 pommes de terres). Par exemple : poulet au citron et cake au citron avec les citrons restants,… (et vinaigre de nettoyage avec les écorces !)
  7. J’essaie de varier au maximum les menus et de faire apprécier la cuisine à mes enfants. Souvent, je les invite à cuisiner avec moi. Je tiens à ce qu’ils goûtent, en cuisinant, les aliments crus tels que les poivrons, les carottes, le fenouil, etc. Je leur apprends à faire attention à la manipulation de certains aliments comme le poulet, les oeufs crus,…

Voilà quelques idées en vrac. J’espère qu’elles pourront aider des mamans. J’essaie d’appliquer tout ça à la lettre. Je n’y arrive pas toujours. De la même manière que j’essaie de ne pas crier et pourtant il m’arrive de le faire… Je suis loin d’être parfaite et je ne vous dicte pas une liste de tâches à accomplir pour le devenir, bien au contraire. C’est juste que j’ai, comme la plupart des mamans, des périodes difficiles. Des moments de doutes, de remises en questions… Depuis cet été, les crises répétées de la poulette, les nuits écourtées et la surcharge de job ont fait que je me suis sentie à bout à plusieurs reprises… Donc voilà, j’écris cet article pour me recentrer sur mes objectifs de vie et t’aider à t’organiser avant de te retrouver dans une situation où ton quotidien devient trop chargé 😉 N’hésite pas à me dire si tu as des idées à joindre à cet article !

Publié le Un commentaire

Les grossesses se suivent et se ressemblent…. hyperémèse gravidique 2e partie

Voilà, si je suis absente sur le site depuis plusieurs mois, c’est tout simplement que mon corps ne me permet plus de tenir devant ma MAC. Voilà pourquoi le shop est de moins en moins fourni.

J’avoue que je n’ai pas une forme olympique (oui oui, la grossesse est très désirée, comme la première !), mais je viens ici non pas pour me plaindre mais une nouvelle fois pour aider les personnes qui souffrent du même mal. Pour rappel, j’avais déjà glissé un article sur le sujet lors de ma première grossesse (à lire dans la rubrique “grossesse”).

Voilà comment ça a commencé :

Après cette première grossesse hyper hyper mal vécue, je ne me sentais absolument pas la force de recommencer, même si nous avons toujours désiré 2 enfants. Mais l’envie du deuxième enfant se transforme petit à petit en un besoin vital 😉 Par ailleurs, à force d’entendre les gens autour de moi me répéter la même phrase (et heureusement, sinon on n’aurait peut-être pas osé se lancer dans l’aventure), soit chaque grossesse est différente, tu verras, la deuxième se passera bien, nous nous sommes lancés, remplis d’espoir que tout se passe mieux ! Je dis “nous” car mon mari en a beaucoup souffert aussi, même s’il a toujours été très compréhensif et aux petits soins.

Le test est positif, nous sommes HEU-REUX ! Partie positive, la première semaine se passe bien et je pète le feu ! Dans ma tête, les choses allaient mieux se passer cette fois… Mais à 5 sa et 4 jours, les vomissements débarquent avec leur lot de nausées…. Là, je remonte dans mes notes d’archives de bb1 et constate que les nausées avaient commencé à … 5 semaines et 4 jours….. Coup de massue…. Revivre 9 mois comme ça, mon corps ne supportera pas, mon esprit encore moins.

3 semaines se passent ainsi… dur dur…. 3 semaines sans boire, pas même une petite gorgée, sans pouvoir manger de fruits contenant du liquide en abondance (raisin, orange, …). Je prends 3 comprimés de primpéran par jour mais rien n’y fait. RIEN n’est à peu près efficace ! Je vomis. Parfois rien, juste de l’air, parfois tout sort par le nez, souvent des gouttes de sang à la fin à force de prodiguer des efforts pas possibles…. La gorge est irritée,. Les nausées me font mal. C’est difficile à expliquer, mais leur intensité me fait mal à l’estomac. Je vomis plusieurs fois par jour. Mon premier a 2 ans, nous avons toujours passé nos journées à rire, à jouer, à faire toutes sortes d’activités…. Et là j’avoue, c’est plutôt télé, Duplo, télé, Duplo,…. pendant que je vomis dans la salle de bain. Les sorties ont été laissées de côté pour le papa, je ne peux plus quitter la cuvette…. Je fais mon possible pour ne pas perdre les pédales devant le petit. Mais un lundi, à l’heure du goûter (à 8 semaines d’aménorrhée), il me regarde droit dans les yeux et me dit : maman rigole plus….. Nouveau coup de massue…. Le lendemain matin, je prends le téléphone et contacte à nouveau mon gynécologue. Déprimée, fatiguée … ou plutôt épuisée, je termine à l’hôpital. On fait des analyses et on me parle d’hyperémèse gravidique. Ce que j’ai a un nom ! Ca aide à avancer.

Les quelques jours d’hospitalisation sont très bénéfiques. Les journées sont bien longues et la dose de médicaments aussi, mais le bien apporté est fou. J’ai vomi la dernière fois juste avant de monter à l’hôpital et une fois sur place et perfusée, plus rien ! A n’y rien comprendre ! Retour à la maison avec 6 itinérol B6 par jour + Esomeprazol + 3 primpéran…. Dès mon arrivée, c’est difficile. Malgré tous les efforts de mon mari pour que je sois au calme, les nausées reviennent tout de suite à haute dose. Je ne comprends pas pourquoi et suis vite désemparée.  Mais voilà, quelques jours ont passé et malgré les nausées difficiles à supporter, les vomissements n’ont pas repris tout de suite…. Mais ils sont bien revenus après 6 jours… Quoi qu’il en soit, cette pause a été bénéfique et m’a bien permise de me “retaper”.

Le répit a été court… je suis actuellement à 14 semaines et ça ne va toujours pas. Je suis complètement déprimée. Je me sens inutile, incapable. J’ai un mal fou à faire toutes les petites choses normales de la vie. Je pleure beaucoup (en vomissant, en me disant que les autres me prennent pour une grosse plaignette, en voyant que je délaisse mon fils, en observant mon mari faire les tâches quotidiennes que je n’arrive même plus à faire,…)  et me sens terriblement coupable d’être dans cet état. Mes deux seules motivations de la vie : ne pas décevoir mon fils et mon mari…. et c’est mission impossible. Je me sens véritablement handicapée et malade du levé au couché, sans pauses,… J’ai tout essayé, déjà pour la première grossesse. Rien n’y fait ! Manger avant de se lever, boire du gazeux, du coca, Primperan, Itinerol B6, pansements gastriques, ostéopathie, acuponcture, manger léger, fractionner les repas, …. rien ne soulage. Le simple fait d’être en mouvement, de parler,… me fout la gerbe…. L’estomac vide me fait vomir de la bile et l’estomac plein me fait vomir le repas…

Donc si vous perdez du poids en début de grossesse à cause des vomissements, surtout contactez votre médecin. S’il le juge nécessaire, il vous enverra à l’hôpital…. et ce séjour en hôpital aide vraiment, déjà rien que pour se “forcer” à se reposer ! Même si par malheur ça n’arrange les choses que sur la durée du séjour, c’est déjà ça de pris.

Voici un lien intéressant qui peut vous éclairer sur le sujet si vous vous sentez concernée :

http://www.materneo.com/grossesse/maux-de-la-grossesse/hyperemese-gravidique-nausees-et-vomissements-intenses-pendant-la-grossesse/hyperemese-gravidique-nombreux-vomissements-et-nausees-intenses-pendant-la-grossesse.html

 

Un autre avec des nanas qui vous montrent que vous n’êtes pas seule… car on finit par avoir l’impression d’être la seule extraterrestre qui n’arrive pas à sortir de chez elle, qui n’arrive pas à s’occuper de ses enfants, de son mari, du ménage, des courses…. tout ça parce qu’elle est enceinte ! Et oser se plaindre quand on a à la chance incroyable de porter la vie, c’est difficile….

http://forums.france5.fr/lesmaternelles/Sante/Nausees/vomissement-grossesse-nausees-sujet_346_3.htm

 

 

 

Publié le Laisser un commentaire

Noeuds d’allaitement

Les débuts de l’allaitement sont parfois difficiles, mais ça vaut tellement la peine de s’y accrocher ! La fatigue n’aidant pas, il arrive souvent de peiner à se souvenir à quel sein le tour ! 😉

Pour aider les mamans, voici un simple petit noeud à glisser dans le clip du soutien-gorge d’allaitement. Au moment où vous ouvrez votre soutien-gorge pour allaiter, déplacez le noeud de l’autre côté. Ainsi, vous n’aurez au moins plus le souci de savoir quel sein vous devez donner la prochaine fois 😉

Ils sont simples à fabriquer si vous avez un ruban (quelques points à la main suffisent). Sinon, vous en trouverez dans mon shop 😉

IMG_1548

Publié le Laisser un commentaire

Choisir sa première gigoteuse

Une question qu’on ne se pose pas trop avant d’avoir son premier bébé (un peu comme celle du choix du matelas à langer) est celle du choix de la gigoteuse. Peut-être es-tu comme moi : tu as trouvé un ensemble de lit troooop mignon. Il est composé d’une gigoteuse 0 à 6 mois, une autre 6 mois à 3 ans, d’un tour de lit, d’un duvet, …. et il est même pas cher ! Ben…. ce petit article pour te dire qu’à refaire, encore une fois, j’aurais procédé différemment 😉 … et pourtant j’avais réfléchi avant d’acheter 😉  Et si je peux t’être utile, voici mes critères pour un prochain bébé (ou une autre vie 🙂 ).

  1. La principale source de panique de nos nuits de jeunes parents a été issue du choix de nos premières gigoteuses ! En effet, on le sait tous maintenant, pour éviter tout risque avec son nouveau-né, on ne remplit pas son lit de doudous, on ne met surtout pas de couverture ou duvet et on évite les tours de lit une fois que bébé se déplace. Donc, pour éviter que bébé s’étouffe, on regarde également qu’il ne puisse pas glisser sa tête à l’intérieur la gigoteuse ! Je m’explique : certaines gigoteuses (ou turbulettes) ont un trou trop large à la tête et autour des bras…. bébé peut donc glisser à l’intérieur…. Oui, c’est difficile à deviner à l’achat mais si je peux te donner un conseil, préfère une gigoteuse avec un petit col et des emmanchures plutôt étroites. Au niveau des tailles, nombreuses sont prévues de 0 à 6 mois. Mais au vu de ce que j’ai écrit plus haut, il est préférable d’en avoir une ou deux toutes petites pour les 2-3 premiers mois de bébé.
  2. Il existe des gigoteuses pour l’été et d’autres pour l’hiver. Par ailleurs, certaines ont des manches amovibles.
  3. Si tu me lis déjà, tu sais que notre petit a eu beaucoup d’eczéma…. alors que personne n’est sujet à ce problème dans nos familles. Pour ne pas aggraver la situation, on préfère du coup largement le coton à tout autre tissu.
  4. Notre petit régurgitait plusieurs fois par nuit et ceci durant plusieurs mois. Dans ce cas, prévoir plusieurs gigoteuses n’est pas du luxe car tout y passe si tu vois ce que je veux dire. Si tu te dis que ce n’est pas bien grave si bébé termine sa nuit avec une gigoteuse un peu mouillée, c’est que bébé n’est pas encore arrivé :-D. Parce que l’histoire n’est pas là 🙂 C’est surtout une question d’odeur 😉 !
  5. Certaines gigoteuses sont intéressantes car leur taille évolue avec le bébé. Elles sont dotées de boutons-pression qui permettent de réduire leur longueur durant les premiers mois. Les boutons peuvent également être rajoutés sur une gigoteuse simple.
  6. Pour les premiers mois surtout (lorsqu’on change bébé plusieurs fois pendant la nuit), sois attentive au système d’ouverture et de fermeture la gigoteuse. Certaines s’ouvrent devant et d’autres sur le côté. Après, je pense que le choix est personnel. Au niveau des épaules, préfère celles qui ont un bouton-pression de chaque côté pour les premiers mois. Sur celles qui s’ouvrent sur le devant, à l’aide d’une fermeture éclair, il y a la possibilité que la fermeture doive s’accrocher au fond et être remontée ou alors qu’elle doive s’accrocher sous le menton de bébé et être glissée jusqu’à ses pieds. Perso, je trouve cette seconde solution moins pratique.
  7. Bon tu as peut-être un bébé calme, qui dort en toutes circonstances… 🙂 Mais si ce n’est pas le cas, je suis tombée une fois sur une gigoteuse qui fait du bruit…. Oui, oui, certains tissus font un peu de bruit quand bébé bouge…. Ben on ne l’a pas utilisée longtemps 😉 ! Parce qu’une bonne gigoteuse qui ne réveille pas bébé est une bonne gigoteuse qui permet aux parents de dormir un minimum 😉 ! Oui, bébé numéro un trèèèès compliqué ! 😉
  8. Sinon, une astuce : pour l’hiver, avec notre premier enfants (celui qu’on n’arrivait vraiment pas à faire dormir), on lui mettait body, pyjama, gigoteuse. Les nuits étaient un enfer car il ne dormait pas… (mais c’est une autre histoire). Ceci pour dire qu’il fallait le changer souvent la nuit, en plus il régurgitait vraiment beaucoup et il était impossible de le poser dans son lit.. On devait TOUT changer plusieurs fois par nuit. Pour notre poulette, qui était plus facile mais se réveillait souvent (par contre elle se rendormait quand on venait…), on a opté pour une gigoteuse super chaude avec des manches. On l’a toujours mise en body seulement. Elle ne régurgitait pas mais c’était super pratique de ne pas avoir besoin de mettre un pyjama.

 

Publié le Laisser un commentaire

Yoga future maman

Pendant la grossesse, on se retrouve parfois un peu perdue quant à savoir quel sport on ose ou pas pratiquer. Eh bien il en existe un qui est prévu expressément pour la grossesse et qui convient parfaitement même à la moins sportive d’entre nous 🙂  . Je veux parler des cours de yoga pour futures mamans !

J’ai suivi le cours de Mme Perrin, à Martigny, les vendredis, à 18h ou à 20h (1h30).

Le cours se déroule en groupe, ce qui amène rapidement à faire de nouvelles connaissances que l’on retrouvera presque forcément un jour en promenant bizule, dans un magasin ou autour d’un café 😉  Une fois changée, on s’attend dans un petit salon chaleureux près des vestiaires… parce que ça fait toujours du bien de s’asseoir …. et papoter 😀  Oui, oui, même avant de commencer ! Ben quoi ? On est des nanas oui ! 🙂

Mme Perrin nous met tout de suite à l’aise. Elle commence chacun de ses cours par une brève présentation des participantes, afin de nous familiariser avec le nom de nos nouvelles collègues. Ensuite, elle nous propose des exercices simples qui nous détendent, nous musclent ou nous préparent pour le jour J. On y travaille principalement le souffle et les muscles du périnée, ce qui constitue une bonne préparation à l’accouchement. Elle prend toujours le temps de répondre à nos questions.

Le cours nous permet également de nous sentir plus proche encore de notre bébé, en entrant en contact avec lui, dans le silence et la détente.

Par ailleurs, on y rigole bien. Mme perrin nomme ses exercices avec tout un tas de noms farfelus de maître yogi 😉 … et quand on regarde la tête des nouvelles arrivantes on est obligée de rire 😉 … puis on s’y habitue 😀  !

Il n’y a aucune obligation à être présente à toutes les séances. L’enregistrement est effectué à chaque cours suivi et la facture est envoyée après l’accouchement. Libre à nous de commencer à n’importe quel moment de la grossesse.

De temps en temps, de jeunes parents viennent faire un petit coucou et présenter leur bébé yoga avant un cours. Un petit moment d’échange bien sympathique….

Alors voilà, je ne peux que conseiller ces cours. Vous en ressortirez plus zen, plus prête et avec en prime de nouvelles copines 😉

Pour plus de renseignements, je vous invite à consulter le site :  http://www.yogatraditionnel.ch/futures-mamans/

Publié le Un commentaire

Grossesse : nausées et vomissements interminables (hyperémèse gravidique)

Ça y est, le test ne ment pas, vous êtes enceinte !! (euh toutes mes félicitations au passage !). La grossesse, cette période extraordinaire tant espérée par la plupart des femmes…. Plus rien n’a d’importance à vos yeux à part cette nouvelle vie qui se prépare à éclore à l’intérieur de vous. Vous êtes sur un petit nuage jusqu’à ce que…. ces saletés de nausées frappent à votre porte.

J’écris ici pour les quelques femmes qui sont dans la situation dans laquelle je me suis retrouvée, à savoir nausées et vomissements tous les jours …. jusqu’à la fin…  (pour celles qui n’en sont qu’au début, ne prenez pas peur, en général après trois mois tout se rétablit. Filez lire autre chose, oust 😉 !!). A l’époque j’aurais aimé connaître quelqu’un qui avait vécu cet enfer et partager mes peines et mes doutes avec elle. Si j’écris cet article, ce n’est pas pour me plaindre (de toute façon tout ça est terminé pour moi maintenant 😉 ). C’est pour aider des femmes qui sont à bout et montrer qu’elles ne sont pas seules. Je n’ai pas envie de ressasser toute cette période mais même si cet article peut redonner du courage ne serait-ce qu’à une seule femme, mon but sera déjà atteint. 


La nouvelle tombe enfin, je suis enceinte! Comment se sentir plus heureuse et euphorique ? Im-po-ssible ! Envie de le crier sous les toits, de trouver un prénom à Bizule, de faire les “à fond” dans la pièce qui sera sa future chambre, de me balader dans les magasins pour bébés,…. Et voilà qu’à même pas un mois de grossesse d’horribles nausées arrivent pour pourrir ces moments magiques.

On me parlait de nausées matinales… Non mais attends! 24h sur 24 ça n’a rien de matinal…. Les jours passaient très difficilement. Je comptais les heures en attendant cette fameuse date fatidique des trois mois. Période magique après laquelle, selon tout le monde, les nausées disparaissent. D’abord sous Itinerol B6, puis sous Primperan, puis sous toutes sortes de trucs homéopathiques, phytomachin, astuces de grands-mères,… rien n’y faisait. Je n’ai rencontré personne qui a eu à peu près la même chose…. mais peut-être que vous oui !

Un jour, j’ai quitté le boulot en plein milieu d’après-midi, en larmes, tellement ça devenait difficile. Je me suis rendue directement aux urgences pour qu’on me donne quelque chose pour atténuer les nausées et les vomissements. Lorsque le médecin m’a reçue, il a discuté deux mots avec moi et a commencé sa conclusion comme suit : “je vois que cet enfant n’était pas désiré,…”. Ouh la la, imaginez le choc… ! Bien sûr que Bizule était désiré ! Plus que tout !

La nourriture ne me dégoûtait pas trop, sauf la viande. Enfin si, beaucoup d’aliments me dégoutaient mais leur simple vision ne me faisait pas vomir 🙂 . Par contre, tout ce qui “nettoie” m’était réellement insupportable. Rien à voir avec des petites nausées qu’on peut rencontrer dans notre petite vie…. Elles étaient très violentes. Voici quelques exemples de ce qui m’était insupportable :

  • le dentifrice (j’ai dû tester au moins 12 tubes ! mais je n’ai rien trouvé de magique…). J’avais programmé un bon détartrage une fois bébé dehors 🙂 Mais vraiment grosse angoisse pour mes dents…. Plutôt maniaque du brossage de dents et lavage de mains, j’étais servie….
  • le savon / gel douche / shampooing (l’angoisse de la salle de bain !)
  • le liquide vaisselle
  • les crèmes (pour le visage, le corps, les mains,…)
  • les Labello
  • les rayons lessives des magasins (…. les magasins tout court….)
  • les produits de nettoyage pour la maison (au secours !) (non, non, c’est pas une excuse ! promis ! 🙂 )
  • les parfums
  • la menthe
  • les parkings souterrains (si je me parquais trop loin de l’entrée j’étais limite bleue en entrant dans le magasin, à force de retenir la respiration 😉 )
  • boire…. oui, simplement boire m’était insupportable

Pour calmer les nausées, je mangeais…. Ça vous paraît probablement contradictoire mais il fallait que je mange pour être mieux. Mais au fond, j’étais même pas mieux, hahaha,…. Dès que la nourriture était avalée, les nausées reprenaient le dessus. Et quand tout était bien dedans, assez souvent ça ressortait. Je ne vomissais pas toute la journée. Au début oui (surtout de la bile 🙂 ). Après, seulement deux à trois fois par jour (surtout lors du brossage des dents) mais les nausées duraient 24h sur 24. Malgré les vomissements, je prenais du poids. Je ne savais plus comment dormir… mon lit était en V 😀  : la tête surélevée pour ne pas vomir et les pieds aussi pour réduire la rétention d’eau 😉

Le plus douloureux dans tout ça, c’est que je ne supportais plus du tout l’odeur de mon mari ! Vous imaginez ?! Lorsqu’il sortait de la douche, je sentais son shampoing et son gel douche jusqu’au salon !! Un truc de ouf ! C’est difficile à comprendre car avant tout ça et maintenant je trouve qu’il sent trop bon 😀 !

Alors si vous êtes dans ce cas (franchement j’ai mal au cœur pour vous et je sais que le temps passe affreusement long, mais vous verrez, la récompense est tellement belle…), je vous donne quelques trucs qui m’ont aidée. Rien n’a soulagé réellement et définitivement mais toutes ces petites choses cumulées m’ont permise d’aller mieux.

Ce qui a marché pour moi ne marchera pas forcément pour vous mais ça ne coûte rien d’essayer…

  • nourriture : les cornichons et tout ces trucs au vinaigre (courgettes au vinaigre, maïs,…). Bizarre mais ça aide ! // Le fromage blanc à tartiner passait trop bien // Si vous ne pouvez plus avaler une goutte de thé ou café le matin (de toute façon ce n’est pas conseillé lors d’une grossesse), essayez le chocolat chaud/froid // croquez quelques amandes pour calmer les nausées // les bonbons acidulés !! // de l’eau citronnée et gazeuse (ça a bien marché pendant un moment et du jour au lendemain ce n’était plus possible). Il est préférable de manger régulièrement, tout au long de la journée, en petites quantités.
  • crème visage/mains : je n’ai pas trouvé de solution 😉 Beurk ! Beurk ! Ben on se laisse se ratatiner pendant neuf mois 😉 . On se rattrapera plus tard. Ou essayez une huile comme l’huile de jojoba.
  • crème anti-vergetures : toutes les crèmes me faisaient vomir, même l’huile d’amande douce… Aujourd’hui, je n’arrive pas encore à comprendre comment l’huile d’amande douce pouvait empester à ce point :-D. Une qui allait pas trop mal était la Bepanthen spéciale vergetures, que j’ai testée tout à la fin…. mais elle est assez chère et le tube se vide rapidement. De plus, je ne l’ai trouvée qu’en France. L’huile Weleda est intéressante aussi.
  • gel douche : les deux plus gros problèmes étaient le gel douche et le dentifrice…. Après plusieurs mois de galère, j’ai enfin réussi à trouver (en France) un gel douche sans parfum. Pendant la grossesse, je trouvais qu’il avait une odeur désagréable mais elle était beaucoup plus supportable que toutes les autres ! Il s’agit du Sanex 0% (celui sans odeur bien entendu). J’ai gardé un emballage en souvenir car il m’a vraiment sauvée 😀
  • dentifrice : alors là, grosse grosse galère…. J’ai essayé tous les dentifrices sans menthol… Si je ne respirais pas pendant le brossage, j’arrivais à tenir quelques secondes sans vomir… mais dès que je reprenais le souffle tout ressortait…. super, on recommence,…. Etrangement, le dentifrice qui a le mieux passé est très fort en goût. Il s’agit du Tebodont (à l’huile d’arbre à thé).  Maintenant, pour les 10 prochaines années je n’ai plus besoin de racheter de dentifrice !
  • Si vous devez prendre du magnésium, sachez qu’il existe plusieurs sortes de goûts ! J’ai pris pendant des mois celui à l’orange et je le vomissais après chaque prise…. jusqu’à ce que, lors d’un séjour à l’hôpital, je découvre le même, mais au citron (Magnésiocard citron) ! Pas bon sur le moment, mais toujours moins dégueu que celui à l’orange… Il restait dedans… 🙂 Allez savoir pourquoi….
  • Il existe des bonbons au gingembre ! Le gingembre soulage les nausées. Malheureusement, je ne trouve plus le lien du site pour les commander. Si vous savez ou vous pouvez vous en procurer, je serais contente de recevoir l’info pour la noter ici 🙂 . Parfois je faisais cuire du gingembre et buvais l’eau. C’était horrible mais tout était bon à tester !
  • A partir de 4 mois de grossesse (si mes souvenirs sont bons), des brûlures d’estomac peuvent venir s’ajouter aux nausées. N’hésitez pas à demander à votre médecin de l’Oméprazole ou qqch du genre pour calmer les brûlures.
  • Dès que possible, sortez prendre l’air pour vous changer les idées ! Oui, envie de rien, si ce n’est de vomir, de pleurer et de dormir… alors mettez vous un coup de pied au c…. et sortez vous aérer !

J’ai eu la chance d’avoir des collègues de bureau vraiment exceptionnelles. Plus de parfum, plus de crème pour les mains sur le bureau, un carré de sucre quand je basculais, un verre d’eau de temps en temps, des biscuits en réserve pour le grignotage,… 😀

Et on dit que la grossesse n’est pas une maladie…. 😀


C’est sûr, pour moi l’accouchement a été assez vite oublié. J’y suis même arrivée avec le sourire (presque jusqu’à la fin 😉 ), malgré les trois jours de contractions. Vous n’imaginez pas à quel point j’étais impatiente que Bizule sorte en embarquant avec lui toutes mes saletés d’hormones à la con… Par contre, la grossesse m’a un peu traumatisée je crois. J’en suis encore bien marquée maintenant.

Allez les filles, courage ! Si ça peut vous aider, les 4-5 premiers mois sont les plus durs. Si les nausées persistent après, elles sont quand même un peu moins violentes il me semble (pour mon cas). Continuez à vous dire que ça vous passera avant la fin de la grossesse, ça vous aidera à tenir le coup. Et n’écoutez pas les personnes qui vous disent de profiter de votre grossesse car après ça sera pire ! Quand on vit une grossesse comme ça, le bonheur arrive une fois que bébé est dans nos bras. Et quel bonheur !!

Et surtout, à peine bébé sorti, tout ça c’est fini !!!! Ciao Berthe ! 😀

Quand vous serrerez bébé dans vos bras, vous comprendrez pourquoi vous avez souffert… et que ça en valait tellement la peine ! La vie est tellement plus belle avec un bébé ! 


P.S. : Vu que j’ai fait ci-dessus tout un blabla sur les nausées dues à la grossesse, j’aimerais rajouter quelque chose après-coup. Quelque chose qui me travaille encore maintenant. C’est super bizarre (et carrément très peu probable selon les spécialistes à qui j’en avais parlé à l’époque), mais dès l’arrêt de la pilule (environ une semaine après), j’ai commencé à avoir des nausées et à vomir…. Surtout des nausées…. Du coup, j’étais toujours en train de me demander si j’étais enceinte….. Mais rien. Ceci a duré 4 à 5 mois, pour laisser ensuite une légère pause de peut-être 2 semaines (lorsque j’étais enceinte mais ne le savais pas encore) puis à repris méchamment jusqu’à la fin de la grossesse.

Si quelqu’un a connu ou connaît une situation similaire, je serais contente de pourvoir discuter avec elle sur ce sujet.

Publié le Laisser un commentaire

La Boîte à Papa

Votre petit bidon s’agrandit ? Vous avez déjà éprouvé le bonheur de ressentir les va-et-vient de Bizule ? Alors il est temps de commencer à préparez votre Boîte à Papa ! Une idée originale qui aidera papa à patienter pendant votre séjour à la maternité. Vous aurez beaucoup de plaisir à la composer et papa sera tellement heureux de la découvrir !

Vous êtes novice en la matière ? Pas de panique ! Je vous propose ci-dessous quelques idées pour confectionner votre boîte à Papa. Surtout, essayez de la personnaliser à votre façon. Votre couple est unique, vous seule savez ce qui touchera votre Zhomme, alors osez préparer cette boîte à votre image.

Avant de choisir (ou confectionner la boîte), réunissez tout ce que vous mettrez à l’intérieur ! Voici quelques exemples que je trouve sympas :

  • une belle lettre d’amour (indispensable !!) qui explique entre autres les raisons et l’utilisation de cette boîte
  • un billet à gratter Astro du signe de toute votre petite famille (prévoir deux signes pour bébé au cas où 🙂 )
  • si votre Zhomme est passionné d’informatique par exemple, offrez-lui le livre “Le mode d’emploi de mon bébé”. Un livre juste parfait et très drôle ! Sinon, vous trouverez toutes sortes de guides du papa modèle.
  • préparez-lui une liste des tâches à faire pendant votre séjour (n’abusez pas hein ?! 🙂 ) : achat des bodys et pyjamas une fois la taille de Bizule connue, finir de préparer la chambre de bébé, ne pas conduire s’il a bu (ben oui, il faut fêter dignement l’arrivée de bébé), ne pas oublier le maxi-cosi pour le retour à la maison, envoyer les faire-part, passer l’aspirateur, ne pas oublier de manger 🙂 , faire un stock de pampers New Born, dormir avec les doudous de Bizule pour qu’ils prennent sa bonne odeur 😀 …
  • pourquoi ne pas relever les paroles de votre chanson préférée ?
  • établir la liste des 10 commandements de papa (vous en trouverez tout un tas sur internet)
  • vous pouvez glisser dans sa boîte un bon pour un restaurant (McDonald, Kebab, …)
  • un paquet de pop corn pour ses soirées télé
  • vous savez qu’il bave d’envie devant un nouveau jeu vidéo ? Alors n’attendez pas ! Il ne s’en rend pas encore compte mais il faut qu’il en profite ! Après c’est fini pour un moment 😀
  • vous pouvez personnaliser quelques bodys pour bébé par exemple (avec les feuilles de transfert pour t-shirt). Effet garanti !
  • une boîte de boules Quies pour votre retour 😉
  • un défatiguant pour les yeux ou une crème anti grise mine 🙂
  • du chocolat !
  • un permis de poussette fait maison
  • un livre où l’on peut relever toutes les “prouesses” de bébé, coller toutes sortes de photos, … Du genre “l’album de bébé de Larousse”. Un livre qui sera remis à bébé pour son mariage par exemple ! … oui bon stop je vais un peu trop vite, laissons-le arriver ! 😀
  • etc…

Pensez avec votre cœur avant tout !

Cachez bien votre boîte et informez votre Zhomme de son existence seulement le jour ou bébé est arrivé. Lorsque papa rentre seul à la maison.

J’avais trouvé rigolo de mettre un petit mot sur chaque objet (sur un petit post-it en forme de cœur). Encore une petite idée : pour lancer le jeu, donnez-lui, à la maternité, un petit sachet rempli de pièces de monnaie pour qu’il puisse aller au distributeur du coin. Ça l’aidera à tenir le coup le grand jour ! N’oubliez pas de mettre votre petit post-it sur ce sachet. Sur le moment il ne comprendra pas… mais il sera très surpris de voir que c’était la première attention d’une jolie série !

Bébé a un grand frère ou une grande sœur ? N’oubliez pas de faire une boîte pour eux aussi !

livre-mode-demploi-de-mon-bebe

Publié le Laisser un commentaire

Bien choisir son matelas à langer

Cette fois, je vous vois venir ! 😉 Vous vous dites que je fais des articles sur tout et n’importe quoi ! 🙂

Mais voilà, j’ai acheté mon matelas à langer sans trop y réfléchir. Je le trouvais joli et il avait l’air pratique…. Comme je me dis qu’à refaire, j’en choisirais un autre, pourquoi ne pas vous faire part de mon expérience ?

Je n’aime pas faire de la mauvaise publicité pour un article…. Mais pour vous aider à comprendre, j’y suis un peu contrainte.

Voici le modèle de matelas que j’ai trouvé (chez Vertbaudet) :


Matelas à langer

Modèle plutôt déconseillé ! 😉

 

 

Il existe en plusieurs coloris. Il m’a tout de suite tapé dans l’oeil. Par ailleurs, le seul avis trouvé sur le site de Vertbaudet était très positif. Quand je l’ai reçu, j’étais satisfaite de ma trouvaille. Mais voilà… bébé est arrivé et m’a fait comprendre que mon choix n’était pas top ! 😉

Le matelas est plutôt court et peu rembourré ! Je ne sais pas vous, mais mon modèle de bébé est très très “bougeaillon” ! Il tape très fort des pieds et ramasse à chaque fois la planche du meuble de dessous car ses pieds dépassent du matelas. Inutile de préciser, mon bébé est évidemment très beau, très fort, très intelligent mais il a une taille tout à fait normale 😀

De plus, ce qui m’a fait pencher pour ce modèle (outre son look), c’est son côté pratique au niveau de l’entretien…. Grossière erreur de ma part ! Le petit matelas de protection n’a à mon goût aucun intérêt. Chaque fois que j’ai droit à une fuite, tout est taché ! Cette protection est bien trop petite. Le tissu épais du dessous se lave aussi, certes, mais il ressort froissé et possède ces affreux velcros qui accrochent à mes culottes dans le lave-linge ! Je dois avoir été contaminée par la velcroïte aiguë… Je ne les supporte plus 😉

En parlant de ces velcros,… bébé se tourne 20 fois par change (malgré mon interdiction 😉 ) et décroche à chaque fois la protection… Ben oui, les velcros c’est trop rigolo 😀

Alors qu’est-ce pour moi THE matelas à langer ?

Il doit avoir les caractéristiques suivantes :

  • être grand ! surtout en longueur. Attention : certains meubles à langer ont un espace prévu pour le matelas. N’oubliez pas de mesurer si la largeur de votre futur matelas est adaptée !
  • être dans une matière plastique facile à entretenir (ne pas perdre de vue que les changes des premiers mois sont souvent accompagnés de petites (et parfois énormes) fuites (surtout si le bébé est allaité… là je vous conseille carrément de vous équiper d’un tablier de boucher 😀 )
  • vous trouvez en magasin spécialisé des petits draps-housses éponge (du genre 40 x 70 cm). Je ne sais pas s’ils sont prévus pour les petits berceaux ou s’ils sont conçus pour les matelas à langer mais ils font très bien l’affaire et se lavent à 60°. Leur prix est très abordable d’après mes souvenirs.

 

Rien à voir, mais si vous en avez la possibilité, accrochez au dessus du plan à langer un mobile pour distraire votre petit monstre. Si vous ne comprenez pas le sens de ma réflexion, je suis persuadée que ça vous percutera assez vite 😎

Nous avons une petite étagère juste au-dessus du plan à langer (oui, je sais, il est fortement déconseillé d’installer quoi que ce soit qui puisse tomber juste au-dessus de bébé, mais MMSM, comprenez  -Monsieur Mon Super Mari- est très bricoleur et je peux lui faire 100 % confiance). Quand bébé avait à peine deux mois et qu’il ne tenait déjà pas en place, j’ai pu réellement capter son attention grâce à quelques autocollants apposés sous cette étagère ! Le temps qu’il regarde, tout intrigué, ce chat qui a mangé cette petite souris et PAF, l’air de rien j’ai pu changer sa couche dans le calme ! Victoire ! Parfois de toutes petites choses peuvent nous aider. Bon, la supercherie à fonctionné quelques petits mois et mon petit monstre s’en est désintéressé. Mais c’est déjà pas mal !

Publié le Laisser un commentaire

Photographies de bébé

Bébé va bientôt pointer le bout de son nez et vous êtes déjà impatiente de faire des photos trop mignonnes de son petit minois chez un photographe ? …. parce que vous avez vu les bébés de vos copines dans des postures trooooop adorables et que vous en bavez d’envie ?

Alors n’attendez pas trop avant de prendre rendez-vous ! Je ne l’ai personnellement pas fait mais, à ce que j’ai compris, les photographes préfèrent travailler avant le 20ème jour du bébé (environ). Il me semble que c’est parce qu’il se met encore facilement en position foetale.

Une fois cette période passée, il faudrait idéalement attendre que bébé tienne assis. Mais, si c’est trop tard pour vous, pas de panique ! Les photographes ont l’habitude de composer avec des petits et trouvent toujours des solutions.